Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > ORLAN. Unions mixtes > ORLAN, Unions mixtes, mariages libres et noces barbares

ORLAN, Unions mixtes, mariages libres et noces barbares

dimanche 6 septembre 2009

Unions mixtes, mariages libres et noces barbares.
Du 30 septembre 2009 au 8 mars 2010.
Abbaye de Maubuisson
Saint-Ouen-L’Aumône (95)
Tél. 01 34 64 36 10

Depuis son provocateur Baiser de l’artiste en 1977 à la FIAC et ses opérations chirurgicales performances, cette artiste, née en 1947 à Saint-Etienne, a fait du corps (le sien notamment) son champ d’expression et est passée maître dans l’art médiatique. Internationalement reconnue, ORLAN expose dans le monde entier et ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections privées et publiques ; plusieurs sont actuellement présentées dans l’exposition elles@centrepompidou, consacrée aux artistes femmes du XXe siècle. Utilisant une multitude d’outils artistiques pour créer et toujours en quête de renouvellement, elle ne cesse d’interroger à travers son œuvre les pressions contemporaines, politiques, religieuses ou sociales (les critères de beauté) qui s’exercent sur l’individu, et en particulier sur les femmes. Insoumise, l’un de ses premiers gestes artistiques fut d’utiliser les draps de son trousseau comme toile à peindre. Dans L’origine de la guerre (1989), parodie de L’origine du monde de Gustave Courbet, elle a photographié un bas ventre masculin au sexe en érection. L’exposition de Maubuisson se concentre sur deux modes d’expression chers à l’artiste : la vidéo et surtout la sculpture. Ses œuvres, entièrement nouvelles (et points de départ de nouvelles séries), déclinent comme toujours sa façon de faire de l’art de manière joyeuse, subversive et structurée, rapprochant l’art et les nouvelles technologies, abordant les grandes questions de notre époque d’une manière souvent dérangeante pour mieux interpeller les consciences. On découvre ainsi au fil du parcours, une projection vidéo qui met en exergue l’absurdité du racisme, prône l’utopie de la mixité et invite à relire les philosophes Gilles Deleuze et Michel Serres. Puis ORLAN prête ses traits à un être mutant, noir et blanc, à la fois futuriste et archaïque dont les parties lumineuses réagissent à la présence des visiteurs. Dans la salle des religieuses, trois sculptures s’inspirant du drapé baroque évoquent l’absence des corps, l’enfermement, l’enveloppement, l’ombre, la soumission. Enfin dans les latrines, la dernière création d’ORLAN, la plus décapante aussi, entend dénoncer le harcèlement du sport et de la religion dans les médias. Une exposition d’oeuvres belles, fortes, chargées de références à l’histoire de l’art, frondeuses et témoins des convictions d’une femme libre.

Catherine Rigollet