L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

« Une sélection des meilleures expositions du moment en Europe. L’occasion d’une escapade d’un week-end. »

Expo à L'étranger

Olafur Eliasson. Dans la vie réelle

Né en 1967 au Danemark, c’est dans la nature islandaise où il a grandi que l’artiste Olafur Eliasson a puisé son inspiration poétique et qu’il s’est sensibilisé à la protection de l’environnement. Reconnu pour ses interventions multisensorielles conjuguant phénomènes scientifiques et préoccupations écologiques, ses installations monumentales jouent de la lumière et de ses variations colorées.

À l’aide de matériaux comme la mousse, l’eau, la glace des pôles, le brouillard, la lumière ou les métaux réfléchissants, parfois situés dans des espaces inattendus, que ce soit dans la rue ou au sein du musée, Eliasson encourage le spectateur à réfléchir sur sa compréhension et sa perception du monde physique et l’interpelle sur certains des sujets les plus brûlants de l’actualité, dont le changement climatique. Pour l’artiste, « l’art n’est pas l’objet, mais correspond à ce que l’objet fait au monde ».
Les visiteurs de la Fondation Vuitton à Paris ont déjà pu ressentir les effets sensoriels de Inside the horizon, son installation spectaculaire créée spécialement pour s’intégrer dans l’architecture de Franck Gehry : une série de 43 colonnes de forme triangulaire et de largeurs variables provoquant au passage du spectateur une multitude de facettes dorées reflétant sa propre image. Un gigantesque et fascinant kaléidoscope offrant une infinité de perspectives.

Au Guggenheim de Bilbao, une trentaine de pièces réalisées entre 1990 et aujourd’hui (sculptures, photographies, peintures et installations) rendent compte du parcours de l’artiste et de son travail axé sur l’environnement et la durabilité. Paroi de lichen, 1994 (Moss wall) ; Machines à vagues, 1995 (Wavemachines) ; La série de la fonte des glaciers 1999/2019 (The glacier melt series). Mais aussi : Ton ombre incertaine, 2010 (Your uncertain shadow (colour), 2010) dans laquelle, lorsque les visiteurs entrent dans l’espace situé devant cinq projecteurs situés au sol leurs ombres sont projetées sur l’un des murs formant des ensembles de silhouettes de couleur qui amplifient tous leurs mouvements et révèlent les couleurs qui composent cette lumière apparemment blanche. Ou encore cette impressionnante Cascade, 2019 (Waterfall) de plus de onze mètres de haut, reproduisant l’aspect et le bruit d’une cascade naturelle, et qui accueille le visiteur à l’extérieur du musée. De quoi nous interroger sur l’artificialité et la pérennité de la nature « construite » en milieu urbain.

Catherine Rigollet

Archives des expos en europe
spacer

Infos pratiques
Du 14 février au 21 juin 2020
Musée Guggenheim Bilbao
De mardi à dimanche, de 10h à 20h
Plein tarif : 12 €
www.guggenheim-bilbao.eus

Visuels : Ton ombre incertaine (couleur) [Your uncertain shadow (colour)], 2010. Lampes HMI (vert, orangé, bleu, magenta), verre, aluminium, transformateurs. Thyssen-Bornemisza Art Contemporary Collection, Vienne © Olafur Eliasson. Photo : María del Pilar García Ayensa / Studio Olafur Eliasson.
Inside the Horizon, 2013 – Installation permanente autour du Grotto de la Fondation Vuitton, Paris. Acier inoxidable, aluminium, Système lumineux composé de LED, verre coloré, miroir. Sonorisation : Samuli Kosminen.