Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Séraphine de Senlis > Séraphine de Senlis

Séraphine de Senlis

dimanche 14 février 2010

Du 22 octobre 2009 au 19 septembre 2010
Musée de la Vénerie
Salle Turquet de la Boisserie
Place du Parvis Notre-Dame
60300 Senlis
Tél : 03.44.53.00.80
Tous les jours sauf mardi
Promenade sur les pas de Séraphine de mars à juin, le samedi. + le 31 juillet et 28 août
Rens. Office du tourisme : 03 44 53 06 40
www.ville-senlis.fr

En 1912, le collectionneur allemand Wilhelm Uhde, premier acheteur de Picasso et découvreur du douanier Rousseau, loue un appartement à Senlis pour écrire et se reposer de sa vie parisienne. Il prend à son service une femme de ménage dévote, Séraphine, 48 ans. Quelque temps plus tard, il remarque chez des notables locaux une petite toile peinte sur bois. Sa stupéfaction est grande d’apprendre que l’auteur n’est autre que Séraphine. Le succès du film aux 7 césars de Martin Provost avec Yolande Moreau et Ulrich Tukur, et de l’exposition Séraphine Louis dit Séraphine de Senlis présentée au musée Maillol à Paris, du 1er octobre 2008 au 30 mars 2009, ( En savoir plus.) a incité la ville de Senlis, où l’artiste vécu, à organiser une exposition présentant douze œuvres (petits et grands formats) comme L’Arbre de vie ou Les Grandes marguerites. A la fin des travaux de restauration du Musée d’Art et d’Archéologie, elles intégreront une salle dédiée aux peintres primitifs modernes. L’office de tourisme propose par ailleurs une balade dans la ville sur les pas de Séraphine, en montrant la maison où elle vécut et les lieux du tournage du film, notamment l’église où l’artiste s’est inspiré des vitraux pour créer les couleurs extraordinaires (jaune flamboyant, rouge profond, bleus métal…) de ses peintures incomparables de fleurs et de fruits. Une peinture libérée de toute école, véritable nécessité intérieure.

Catherine Rigollet