Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Utrillo-Valadon > Utrillo-Valadon, de l’impressionnisme à l’Ecole de Paris

Utrillo-Valadon, de l’impressionnisme à l’Ecole de Paris

dimanche 20 septembre 2009

Utrillo-Valadon : au tournant du siècle à Montmartre.
De l’impressionnisme à l’Ecole de Paris.
Du 6 mars au 15 septembre 2009
Pinacothèque
Tél. 01 42 68 02 01
www.pinacotheque.com<span

Etonnants destins que celui de Suzanne Valadon et de son fils Maurice Utrillo. Enfant des rues, acrobate de cirque, Suzanne Valadon n’est guère promise à une carrière d’artiste. Sa rencontre avec des peintres (Puvis de Chavannes, Renoir, Degas…), dont elle est sert de modèle (et parfois d’amante), va changer son destin et révéler son talent de dessinatrice, puis de peintre. Maurice Utrillo, né de père inconnu et peu choyé par sa mère, se noie dans l’alcool ; sa rencontre avec le peintre André Utter va lui faire prendre le pinceau, sans abandonner les bistrots. Va naître alors un chassé-croisé entre un fils précurseur et initiateur d’un mouvement et une mère transgressive qui prend la succession de son fils au moment où celui-ci s’effondre. Car malgré l’alcool et les crises, le génie d’Utrillo explose, notamment dans sa « période blanche », entre 1909 et 1914. Valadon s’épanouie et son amour pour André Utter, de vingt ans son cadet, va exacerber sa touche qui prend des allures fauves. Sa peinture est robuste avec des aplats affirmés soulignés d’un trait puissant. Utrillo quant à lui se met à produire autant qu’il boit, sombre dans la répétition, sa peinture se dégrade. Cette passionnante et grande exposition (125 tableaux) qui fort à propos associe ce couple d’artistes « mère-fils », met bien en évidence le talent de la Valadon de la deuxième période et celui de l’Utrillo de la première période. Si les toiles sont éclairées par une très belle lumière, quel dommage que le parcours soit si tarabiscoté.

Catherine Rigollet