Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes 17/02/2020

Le livre du mois

Herbier de Joséphine
À travers cet herbier imaginaire illustré de planches de Redouté, Catherine de Bourgoing nous propose un voyage au temps des expéditions épiques, où la recherche de plantes rares s’apparentait à une véritable chasse au trésor. Elle nous dévoile également une facette de la personnalité de l’Impératrice jusque-là peu connue : son goût pour l’art des jardins et l’horticulture. À découvrir dans la rubrique : Livres d’art.

L'artiste du mois

Jean-François Veillard
Ses peintures nous entrainent dans un univers débridé, expressionniste, violemment coloré, caustique, à la fois dérangeant et jouissif. Des miroirs de nos maux contemporains.

Coup  de coeur

Van Eyck. Une révolution optique
Gand (Belgique)
Jusqu’au 30 avril 2020.

Avec treize des vingt-trois œuvres mondialement connues de Van Eyck (vers 1390-1441), plusieurs œuvres de son atelier et une bonne centaine de pépites de l’art de la fin du Moyen Âge, cette exposition exceptionnelle révèle tout l’art innovant et érudit du maître gantois, montre son influence auprès des italiens du Quattrocento et raconte la rocambolesque odyssée de son chef-d’œuvre : le retable de L’Agneau mystique.

Le Canada et l’Impressionnisme

Lausanne. Fondation de l’Hermitage.
Jusqu’au 24 mai 2020.

L’exposition s’articule autour de l’appropriation par une trentaine d’artistes canadiens des lieux et des thèmes impressionnistes jusqu’à leur retour au Canada où, confrontés à leurs espaces immenses et à la rudesse de leur climat, ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, offrant mieux même qu’en France, jeux de lumière et scènes de neige leur permettant toutes les gammes impressionnistes.

Arroyo et la Comédie humaine de Balzac

Paris. Maison de Balzac
Jusqu’au 10 mai 2020.

A travers une trentaine de collages, peintures et dessins, réalisés depuis 2014, l’exposition montre comment Arroyo, l’un des fondateurs de la Figuration narrative, s’est nourri de l’œuvre de Balzac pour créer « sa Comédie Humaine » illustrée, mêlée à des souvenirs personnels. Des caricatures piquantes comme des Daumier.

Hans Hartung éclatant

Paris. Musée d’Art moderne
Jusqu’au 1er mars 2020.

Hans Hartung avait la fureur de peindre et la soif d’être libre. Une éclatante rétrospective à ne pas manquer.

Jorg Immendorff. La tâche du peintre

Madrid. Musée Reina Sofia
Jusqu’au 13 avril 2020.

Une magistrale rétrospective des 40 ans de carrière artistique du peintre expressionniste allemand Jörg Immendorff.

Barbara Hepworth

Paris. Musée Rodin
Jusqu’au 22 mars 2020.

Figure de la sculpture anglaise du XXe siècle, Barbara Hepworth (1903-1975) a créé une nouvelle esthétique universelle et intemporelle. Une belle découverte.


Cárdenas. Mon ombre après minuitParis. Maison de l’Amérique latine
Jusqu’au 25 avril 2020.

Si l’artiste cubain est internationalement reconnu comme l’un des grands sculpteurs du 20 siècle, on sait moins qu’il est aussi un peintre et dessinateur, avec la même recherche obsessionnelle de la forme.


L’Inde : au miroir des photographesParis. Musée Guimet
Prolongation jusqu’au 23 mars 2020.

En 1839, la naissance de la photographie est annoncée à Paris. Immédiatement, la presse britannique s’en fait l’écho dans les grandes villes indiennes. Des photographes partent à la découverte d’un pays-continent encore mystérieux et inconnu.


Le Monde de Bruegel en N & BBruxelles
Jusqu’au 16 février 2020.

L’année Bruegel se poursuit à Bruxelles avec l’exposition « The World of Bruegel in Black and White ». Une plongée dans le monde imaginaire et débridé de ce grand maître flamand. Et l’occasion unique d’admirer ses exceptionnelles estampes.


John Chamberlain en mouvementParis. Galerie Karsten Greve
Jusqu’au 18 avril 2020.

Entre Expressionnisme abstrait et Pop art, l’artiste américain d’avant-garde, John Chamberlain (Rochester 1927- New York 2011) a acquis la célébrité avec ses sculptures en tôle découpée-froissée et ses photographies en mouvement créées en suivant le même principe que son travail plastique.


Jules Adler : peintre du peupleParis. MADJ
Jusqu’au 23 février 2020.

Sa Grève au Creusot (1899) est devenue une icône des luttes ouvrières reproduite sur nombre de livres d’histoire. Cette rétrospective met en lumière l’une des œuvres les plus fortes sur les luttes sociales et le prolétariat à la fin du XIXe.

En bref

Venise. Bruno Racine prend la direction du Palazzo Grassi
François Pinault a nommé l’ancien directeur de la Bibliothèque nationale de France à la tête de ses deux lieux d’exposition dans la ville italienne.

Le Château de Chantilly perd son mécène
Karim Aga Khan se retire après avoir injecté 70 millions d’euros depuis 2005. Le domaine de l’Oise doit donc trouver d’urgence d’autres sources de financements. Au 1er juillet 2020, tout le domaine va revenir dans le giron de l’Institut de France.

Le Palais Fesch - musée des beaux-arts (Ajaccio) a reçu le Prix « Osez le musée » pour l’exemplarité de sa politique en direction des personnes en situation d’exclusion ou de vulnérabilité sociale et économique. En savoir plus.

Clap de fin des expos d’art contemporain à la Monnaie de Paris.
Trop chère à produire...le 9 février 2020, la Monnaie ne proposera plus de carte blanche à un grand artiste contemporain. Et se recentrera sur son musée et des événements culturels. Kiki Smith sera donc la dernière artiste invitée.

Fermeture du Grand Palais.
Fin 2020, le Grand Palais fermera pour travaux, afin d’accueillir des épreuves des JO 2024. Les grandes manifestations parisiennes trouveront asile dans une structure éphémère édifiée sur le Champ-de-Mars, construite par Wilmotte.
http://presse.rmngp.fr/grand-palais-ephemere/

Paris. Philippe Cognée. Carne dei fiori Après les supermarchés, les autoroutes, les tours ou les abattoirs, le peintre Philippe Cognée (née en 1957), célèbre pour ses toiles floutées à la cire, s’empare du thème de la fleur, qu’il métamorphose en monumentales vanités. Jusqu’au 7 mars 2020. Galerie Templon, 28, rue du Grenier St Lazare 75003. www.templon.com Paris. De l’archéologie au graffiti : Walk The Line. Avec l’artiste L’ATLAS. Cette exposition archéologico-labyrinthique offre aux petits visiteurs la possibilité de se transformer en street artistes, de réaliser des fouilles, de créer leur blaze et de partir à la découverte des différents courants qui ont inspiré le street-artiste L’Atlas avec des objets archéologiques prêtés par le Louvre, des œuvres des artistes Keith Haring, Jacques Villeglé ou encore Victor Vasarely. Jusqu’au 22 mars 2020. Musée en herbe. www.museeen-herbe.com Le Louvre fête les 100 ans de Soulages Mercredi 27 novembre 2019, une toile de 1960 de Pierre Soulages a été adjugée 9,6 millions d’euros (frais compris) chez Tajan à Paris, bien au-delà de l’estimation de départ entre 4 et 6 millions d’euros, réalisant ainsi un record mondial pour une œuvre de l’artiste qui aura 100 ans le 24 décembre 2019, et qui continue de peintre aujourd’hui. Le musée du Louvre lui rend un hommage exceptionnel avec une sélection d’œuvres majeures de chacune de ses sept décennies, provenant des plus grands musées français et étrangers. Jusqu’au 9 mars 2020. Une œuvre cinétique au Louvre À l’occasion des 30 ans de la Pyramide, le musée du Louvre renoue avec les grandes commandes publiques et invite l’artiste contemporain Elias Crespin à concevoir un décor pérenne au sommet de l’escalier du Midi. L’Onde du Midi est une œuvre cinétique composée de 128 tubes métalliques, suspendus à des fils animés par des moteurs, dessinant une subtile chorégraphie. À partir du 25 janvier 2020. Paris. Le Dessin à Bologne : Carrache, Le Guerchin... C’est la Bologne maniériste et berceau du baroque, ville des grands décors dans les églises et les palais, que le Cabinet des dessins met à l’honneur avec des Carrache, un ensemble exceptionnel d’œuvres du Guerchin, des feuilles de Simone Cantarini, mais également de la célèbre peintre bolonaise Elisabetta Sirani qui occupa à Bologne une place de premier ordre, ouvrant un atelier pour former des femmes peintres. Beaux-Arts – Cabinet des dessins. Jusqu’au 10 avril 2020 Riom (63). Marie Ducaté. Ondulations L’univers singulier de Marie Ducaté fait référence aux contes, aux fonds marins, aux êtres imaginaires. Ses techniques et la diversité des matériaux utilisés (céramique, aquarelle, cristal, verre soufflé et gravé, papier et textile) renforcent l’originalité de ses créations pleines de fantaisie et d’une grande finesse. Musée Mandet. Jusqu’au 17 mai 2020. www.musees-riom.com Picasso. Tableaux magiques Entre l’été 1926 et le printemps 1930, Pablo Picasso réalise un vaste ensemble de peintures que le critique d’art Christian Zervos nommera dès 1938 « tableaux magiques ». Avec ces œuvres aux figures si étranges, Picasso expérimente différentes formes plastiques et ouvre un nouveau chapitre de sa création. Ici s’annonce déjà la puissance de Guernica. Jusqu’au 23 février 2020. www.museepicassoparis.fr Paris. Les contes étranges de Jacobsen (1892-1902). Cette première exposition en France consacrée à Niels Hansen Jacobsen (1861-1941) invite à une plongée onirique dans l’univers du sculpteur et céramiste danois, contemporain d’Antoine Bourdelle. Jusqu’au 31 mai 2020. www.bourdelle.paris.fr