Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes 18/03/2019

Le livre du mois

Bauhaus. 1919-1933.
À l’heure du centenaire du Bauhaus, cet ouvrage de référence, révisé et actualisé, résume l’histoire brève et mouvementée, mais tellement riche du mythique Bauhaus, qui ne fut pas uniquement un mouvement précurseur du modernisme, mais la plus célèbre école d’art et de design allemande. Lire la suite de cette chronique dans la rubrique : Livres d’art >

L'artiste du mois

Jérémy Gobé. De la dentelle pour sauver la barrière de corail.
Jérémy Gobé (né à Cambrai en 1986) tricote, panse et emmaillote pour protéger ou faire renaître, qu’il s’agisse de meubles brisés et abandonnés ou de la barrière de corail qui se meurt. Un artiste à la sensibilité à fleur de peau. Reportage dans son atelier.

Coup  de coeur

Franz Marc / August Macke : l’aventure du Cavalier bleuLe musée de l’Orangerie présente Franz Marc et August Macke, deux figures majeures de l’expressionnisme allemand et du mouvement Der Blaue Reiter (Le Cavalier bleu) formé avec Kandinsky à Munich, en 1911. Une passionnante chevauchée artistique. Jusqu’au 17 juin 2019.

La Collection Courtauld. Le parti de l’Impressionnisme

Degas, Monet, Cézanne, Gauguin, Van Gogh… Les cimaises de la Fondation Louis Vuitton prennent les couleurs de l’impressionnisme et du postimpressionnisme avec des chefs-d’œuvre rassemblés entre 1923 et 1929 par le collectionneur anglais Samuel Courtauld et sa femme Elisabeth. Jusqu’au 17 juin 2019. Suite de l’article.

Le Musée Pouchkine. 500 ans de dessins de maîtres

Cette rétrospective des œuvres graphiques du musée moscovite en France couvre les écoles européennes et russes, du XVe au XXe siècle. Jusqu’au 12 mai 2019. Fondation Custodia.

Hammershøi. Maître du silence

Pour la première fois depuis 20 ans, une quarantaine d’œuvres du grand maître de la peinture danoise, Vilhelm Hammershøi (1864-1916) sont exposées à Paris. Un univers silencieux, intimiste, figé dans une palette restreinte de gris et de blanc. Une esthétique radicale. Jusqu’au 22 juillet 2019. Lire la suite de l’article.

Tal Coat en devenir

Il faut venir vers Tal Coat sans préjugé pour appréhender les enjeux d’un parcours artistique libre. Au musée de Pont Aven (Finistère). Du 1er février au 10 juin 2019.

Saint-Etienne. Design et merveilleux

Comment la poésie de la nature s’invite dans nos objets design du quotidien désormais conçus avec des logiciels de simulation, sans perdre de leur merveilleux ? Musée d’art contemporain de Saint-Étienne. Jusqu’au 21 avril 2019. En savoir plus.

CharlElie Couture. Passages

Photographe et peintre, autant que compositeur et poète, CharlElie COUTURE se revendique un artiste « et-et ». Au musée Paul Valéry à Sète, vingt-sept peintures portent la marque de l’univers urbain de New York, où l’artiste a vécu de 2003 à 2017. Jusqu’au 28 avril 2019. En savoir plus.


L’Algérie de Gustave Guillaumet Temps fort du "Printemps Algérien" à La Piscine à Roubaix, l’exposition Gustave Guillaumet rend hommage à un orientaliste amoureux de l’Algérie, témoin à la fois lucide et critique des débuts de la colonisation au XIXe siècle. Son œuvre résonne d’une manière particulière à Roubaix, où vit une importante communauté algérienne.
Jusqu’au 2 juin 2019. Lire la suite de l’article.


Jean-Baptiste Huynh. Infinis d’AsieLe photographe Jean-Baptiste Huynh, né en 1966, d’une mère française et d’un père vietnamien nous emmène dans son voyage introspectif et contemplatif en Asie. Une errance de visages en regards. À voir absolument. Jusqu’au 20 mai 2019 au musée Guimet.


Courbet dessinateurÀ Ornans (Doubs), tout évoque la mémoire du plus célèbre des enfants du pays qui y est né en 1819. En 2019, on y célèbre le bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet, ce peintre de paysage épris de liberté dans son art comme dans sa vie, et dont l’œuvre dessiné, mal connue, se découvre enfin dans toute sa diversité. Une belle occasion de faire le voyage. Musée Gustave Courbet à Ornans. Jusqu’au 29 avril 2019.


La rivière m’a ditProjetées dans le noir et sur grand écran, 6 vidéos, pour la plupart issues de la collection du Frac nous emmènent toutes en pleine nature, à la rencontre de femmes et d’hommes pour qui elle est essentielle. Un hymne poétique à la nature qui nous interpelle sur ce qu’on risque de continuer à perdre. Jusqu’au 14 avril 2019. Au FRAC Ile-de-France.


Le Talisman de Paul Sérusier, une prophétie de la couleurL’exposition Le Talisman de Paul Sérusier raconte l’histoire de cette œuvre iconique des collections du musée d’Orsay et son rôle fondateur dans l’histoire de l’art.
Musée d’Orsay. Jusqu’au 2 juin 2019.


Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmesTotalement méconnu, mais pourtant hors du commun, Jean-Jacques Lequeu (1757-1826) fut un architecte sur le papier, un bâtisseur de fantasmes. Le Petit Palais expose l’œuvre graphique foisonnante de cet artiste utopiste et bouillonnant, un peu givré, mais tellement captivant ! Jusqu’au 31 mars 2019.

En bref

Arata Isozaki prix Pritzker

Le Japonais Arata Isozaki, au travail influencé à la fois par l’Occident et l’Orient, a été désigné mardi lauréat du prestigieux prix Pritzker, considéré comme l’équivalent du prix Nobel pour l’architecture.

La Grotte Chauvet 2

Cette réplique de la grotte Chauvet (Ardèche), joyau de l’art pariétal, présente sa première exposition temporaire internationale du 6 avril au 22 septembre 2019.
https://www.lagoradesarts.fr/-La-Grotte-Chauvet-Caverne-du-Pont-d-Arc-.html

Muséoparc Alésia

Le Centre d’interprétation inauguré en 2012 a reçu le premier prix « Patrimoine pour tous » de la part du Ministère de la Culture. Réouverture de la saison : le 15 février.
https://www.lagoradesarts.fr/-Alesia-Vercingetorix-et-Cesar-.html

Paris. Van Gogh, la nuit étoilée. Après Klimt, Van Gogh à l’aune de l’art numérique. Dans l’ancienne fonderie, un spectacle démesuré, immersif, mis en musique, fait défiler trois mille images hors format des œuvres de l’artiste néerlandais (1853-1890). On passe des portraits aux fleurs, des paysages ensoleillés aux nuits étoilées, de son trait appuyé à sa gestualité haute en couleurs. Pour voir une reproduction intégrale de 50 tableaux, il faut pénétrer dans la citerne au cœur du dispositif. Une expérience sensorielle plus qu’émotionnelle. L’Atelier des Lumières. Du 22 février au 31 décembre 2019. https://www.atelier-lumieres.com/ Paris. Les Bouddhas de Nara Berceau historique du Japon, la ville de Nara fut capitale de 710 à 784. Elle est connue pour abriter certains des anciens temples bouddhiques du pays. Ils conservent encore aujourd’hui les chefs-d’œuvre incontestés de la sculpture japonaise médiévale. Deux gardiens, insignes trésors nationaux sont pour la première fois prêtés hors du Japon et présentés en France. Le temple Kôfuku –ji prête également une statue de bois du bodhisattva Kshitigarbha (Jizô bosatsu en japonais), « bien culturel important ». Cette exposition, dernière étape de la saison culturelle "Japonismes", fait suite au succès de l’expo Meji, Splendeurs du Japon impérial (1868-1912).. Du 23 janvier au 18 mars 2019. Musée Guimet. www.guimet.fr Yan Pei-Ming face à Courbet L’exposition Yan Pei-Ming face à Courbet (10 juin - 30 septembre 2019, musée Courbet à Ornans) s’attachera à traduire les multiples connivences artistiques entre ces deux peintres, à quelque six générations d’écart. C’est d’ailleurs dans l’atelier de Courbet à Ornans que Ming réalisera, à partir du mois de mars 2019, les toiles qui viendront relever le défi d’un face-à-face et qui seront données à voir au public au musée Courbet à Ornans, pendant tout l’été 2019. En savoir plus. Paris. Alberto Giacometti – Peter Lindbergh. Saisir l’invisible. L’Institut Giacometti présente les photographies inédites d’œuvres d’Alberto Giacometti prises par Peter Lindbergh, l’un des photographes les plus importants de sa génération. À ces photographies est associée une sélection de plâtres, de bronzes et de dessins choisis par le photographe. Ce face à face permet de montrer le dialogue très intime qui s’est établi entre le photographe et les œuvres du sculpteur. L’exposition, sous le commissariat de Serena Bucalo-Mussely, rassemble plus d’une soixantaine d’œuvres des deux artistes. Du 22 janvier au 24 mars 2019. www.fondation-giacometti.fr/institut Paris. Georges Dorignac, corps et âmes Le Musée de Montmartre–Jardins Renoir consacre une exposition à Georges Dorignac (1879-1925) dont l’œuvre singulière et captivante révèle un artiste libre qui a emprunté une voie indépendante et personnelle, explorant les techniques, les sujets, les inspirations... Après une première présentation monographique qui lui a été consacrée en 2016-2017 à la Piscine, Musée d’art et d’Industrie André Diligent de Roubaix (https://www.lagoradesarts.fr/Georges-Dorignac-1879-1925-Le-trait-sculpte.html ) et au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, le Musée de Montmartre poursuit cette volonté de restituer à Dorignac sa juste place dans l’histoire de l’art moderne. Du 15 mars au 8 septembre 2019. Paris. Les fenêtres d’Ellsworth Kelly. Débarqué sur les plages de Normandie en 1944, le jeune artiste américain (1923-2015) revient à Paris entre 1948 et 1954. Il y crée la série Window, six toiles de fenêtres opaques, dont une donnée au Centre Pompidou l’année de sa disparition. Des esquisses, des croquis et des photos prises des années après, expliquent la construction de son vocabulaire abstrait tandis que sa toute dernière œuvre, White Over Black III, 2015, ramène à sa première incursion en noir et blanc dans l’abstraction. Centre Pompidou, Jusqu’au 27 mai 2019. Londres. Pierre Bonnard : The colour of memory. Cent toiles pour illustrer comment le peintre (1867-1947) sut capter les moments les plus simples de la vie quotidienne, les émotions et les petits bonheurs déjà enfuis dans une explosion de couleurs joyeuses, et dans les dernières années, se rapprocher de l’abstraction. Tate Modern, du 23 janvier au 6 mai 2019. www.tate.org.uk Londres - Christian Dior Le Victoria & Albert rend hommage au talent et à l’influence du couturier avec plus de 200 vêtements, accessoires et parfums et une vaste documentation sonore et iconographique remontant à 1947. Un Christian Dior que l’on découvre fasciné par l’Angleterre, de ses jardins à ses paquebots iconiques. Christian Dior : Designer of Dreams, jusqu’au 14 juillet 2019. www.vam.ac.uk