Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes 16/12/2018

Le livre du mois

Le roof-top a la cote.
Manque de surface au sol, besoin d’air, de vue et de calme…l’architecture dans les villes est partie à la conquête des toits. Lire l’article.

L'artiste du mois

Sandrine Reverseau. Designer.
Cubisme des formes épurées, assemblages géométriques et colorés à la Mondrian et irrépressible penchant pour les jeux de mots autour du pied, puisque « tous les meubles en ont un », Sandrine Reverseau est une adepte du design joyeux. Reportage.

Coup  de coeur

Lucia LagunaBelle découverte dans le panorama de la peinture Latino-américaine contemporaine, la brésilienne Lucia Laguna nous plonge dans son univers à la fois lumineux et chaotique. Une stratification de formes végétales, de morceaux d’architectures, de fragments de mobilier urbain ; reflet de la complexité et de la fragmentation de sa ville, Rio de Janeiro. Jusqu’au 12 janvier 2019, galerie Karsten Greve à Paris.

Les contes cruels de Paula Rego

Evénement artistique de l’année, cette rare rétrospective française consacrée à l’artiste portugaise Paula Rego (née en 1835) rend hommage à son œuvre figurative et narrative, réaliste et fantastique, troublante et dérangeante…presque entièrement réalisée au pastel. Mais un pastel aux touches colorées puissantes et vigoureuses, d’une grande énergie et expressivité. Une œuvre d’émancipation et de passion. Magistrale. Jusqu’au 14 janvier 2019.

Patrick Neu. Echos

Travaillant en retrait du monde et du temps, avec des matières peu communes en art tels les ailes d’abeilles, la suie sur verre, la cire, les cheveux ou le cristal, l’artiste lorrain crée des œuvres insolites, d’une parfaite maîtrise technique. Une quinzaine de pièces sont à découvrir à l’Abbaye de Maubuisson (Val d’Oise), dont plusieurs inédites, parfaitement en résonance avec l’histoire de cette ancienne abbaye cistercienne de femmes. Jusqu’au 17 mars 2019.

Egon Schiele. Un artiste à vif

Dans la Vienne des années 1910, Egon Schiele (1890-1918) fait scandale. Dessinateur virtuose soutenu par Gustav Klimt, il choque avec ses corps nus, souvent très jeunes, désarticulés, ses poses érotiques audacieuses. À l’occasion du centenaire de la mort de l’artiste, météore de l’art expressionniste emporté à 28 ans par la grippe espagnole, la Fondation Vuitton réunit une centaine de dessins, gouaches et peintures. Jusqu’au 14 janvier 2019.

Le Cubisme, 1907-1917

Une traversée inédite et un panorama complet de l’un des mouvements fondateurs de l’histoire de l’art moderne. Une exposition fondamentale. Centre Pompidou. Du 17 octobre 2018 au 25 février 2019.

Saint-Etienne. Design et merveilleux : de la nature de l’ornement

Comment la poésie de la nature s’invite dans nos objets design du quotidien désormais conçus avec des logiciels de simulation, sans perdre de leur merveilleux ? Réponse au Musée d’art contemporain de Saint-Étienne. Jusqu’au 21 avril 2019. En savoir plus.

Picasso. Bleu et Rose

C’est un parcours de quelques années, au début de la carrière de Picasso, que raconte l’exposition du Musée d’Orsay, cette courte période, entre 1900 et 1906, où le jeune artiste se cherche, empruntant aux maîtres anciens et à ses contemporains. Devenant en moins de dix ans, un génie multiforme, stimulé par sa boulimie créative. Musée d’Orsay. Jusqu’au 6 janvier 2019. Suite de l’article.


Miró. Rêve en bleuNi abstrait ni figuratif, riche de multiples inventions, Miró (1893-1983) a inventé un langage bien à lui, onirique, poétique, parfois enfantin, drôle et grave puissamment coloré, sans cesse renouvelé dans le style : fauve, cubiste, surréaliste…et toujours en communion avec la nature. Le Grand Palais dédie une grande rétrospective au maître catalan.
Face à tant d’énergie, de rêveries en couleurs et de trésors d’imagination, on sort de cette réjouissante exposition avec la pêche. Ne pas s’en priver ! Jusqu’au 4 février 2019.


Dorothea Lange. « Politiques du visible »Dorothea Lange a consacré toute sa carrière de photographe à faire œuvre d’investigation documentaire, avec la force de son engagement citoyen. Son impressionnant corpus de milliers d’images, d’une qualité exceptionnelle et d’une grande force émotionnelle, constitue de véritables archives politiques, sociales et économiques de l’Amérique des années 30-40. Jusqu’au 27 janvier 2019.


Jean-Michel BasquiatNéo-expressionniste sans le savoir, auteur d’une peinture émotionnelle, engagée, provocatrice, Basquiat reste une énigme stylistique que seuls des contacts multiples avec sa peinture nous permettent d’apprécier. Cette exposition à la Fondation Vuitton nous en offre une formidable opportunité. Jusqu’au 14 janvier 2019.


Zao Wou-Ki. L’espace est silenceDepuis l’éblouissante rétrospective à la Fondation Gianadda à Martigny (Suisse) fin 2015, on n’avait pas revu autant d’œuvres de Zao Wou-ki (1920-2013) réunies. L’exposition que lui consacre le musée d’art moderne de la Ville de Paris prend le parti de privilégier les grandes compositions abstraites qui vont du milieu des années 1950 aux derniers grands tableaux. MAM-Paris. Jusqu’au 6 janvier 2019.


Metz. Peindre la nuitUne somptueuse balade nocturne en compagnie d’une centaine d’artistes, figures historiques et contemporains qui ont peint la nuit…ou qui peignaient de nuit. Jusqu’au 15 avril 2019 au Centre Pompidou Metz.


Gustave Moreau. Vers le songe et l’abstraitLe musée Gustave Moreau s’interroge depuis des années sur le statut des nombreuses œuvres non figuratives qui y sont conservées. Désignées à l’origine comme ébauches, ces œuvres furent au cours du vingtième siècle qualifiées d’abstraites. Au cœur des collections permanentes, une centaine de peintures et aquarelles nous entraîne « vers le songe et l’abstrait », comme le souhaitait lui-même le peintre. Laissez-vous surprendre. Jusqu’au 21 janvier 2019.

En bref

Restitution du patrimoine africain

Après la dépouille de Saartje Baartman, la Vénus hottentote conservée au musée de l’homme et ramenée en Afrique du Sud en 2002, des têtes maories restituées à la Nouvelle Zélande en 2012…Emmanuel Macron promet à l’Afrique des restitutions d’œuvres africaines « d’ici à 5 ans ». Des objets majoritairement conservés au Musée du Quai-Branly à Paris. Le texte de référence est la Convention Unesco de 1970 qui oblige les États signataires à restituer le patrimoine sorti illicitement (pillages, trafics etc.). Ce texte est efficace s’agissant d’objets entrés illégalement dans les collections publiques. Plus de 90 000 objets d’art africain figurent aujourd’hui dans les musées français.

Beauvais. Des trésors céramiques. Sauvée de l’incendie en 1940, la collection de céramiques du MUDO (musée de l’Oise) compte parmi les collections majeures en France. Le musée dévoile quelques-uns de ses trésors du 9e siècle à nos jours, présentés dans la magnifique salle sous-charpente du 16e siècle. Entrée gratuite, tous les jours sauf le mardi, de 11h à 18h, jusqu’au 15 mars 2019. www.mudo.oise.fr Paris. Estampes modernes japonaises 1900-1960. Une occasion de découvrir, pour l’une des toutes premières fois en France, les créations des artistes témoins de la modernisation du Japon du XXe siècle. L’exposition explore l’intérêt des courants artistiques shin hanga et sôsaku hanga à travers plus de 200 œuvres d’une cinquantaine d’artistes. Du 6 octobre 2018 au 6 janvier 2019. www.fondationcustodia.fr Paris. 100 ans de céramique danoise Une évolution de la céramique danoise depuis les années 1880, révélée par quelque 500 pièces de grands artistes danois qui continuent d’allier formes naturelles, fonction et excellence de la technique. Du 29 novembre 2018 au 3 mars 2019. Maison du Danemark, entrée libre (fermé le lundi), 142 avenue des Champs-Élysées. www.maisondudanemark.dk Vienne (Autriche). Ed Ruscha Oklahoma City, ville de son enfance, et son argot, sont convoqués par Ed Ruscha, l’artiste multimédia, dans une nouvelle série de “peintures linguistiques” qui transforment des expressions à la grammaire approximative en œuvres d’art. À voir aussi, ses interprétations du drapeau américain. Double Americanisms se tient au Palais de la Sécession jusqu’au 20 janvier 2019. www.secession.at Paris. Caricatures : Victor Hugo à la Une La Maison de Victor Hugo présente pour la première fois son fonds de caricatures sur Victor Hugo, sans doute l’homme le plus caricaturé du XIXe siècle. Cette exposition permet de suivre l’évolution de l’image publique de l’homme politique au travers de ses engagements et de rendre hommage aux caricatures (Daumier, Gustave Doré, Gill). Du 13 septembre 2018 au 6 janvier 2019. www.maisonvictorhugo.paris.fr Paris. Madagascar : arts de la Grande Ile Pour la première fois depuis 1946, l’Europe accueille une grande exposition dédiée aux arts de Madagascar. Mis à l’honneur dans de nombreuses publications, les arts de la Grande Île sont le plus souvent appréhendés sous l’angle de leurs caractères plastiques. Sans négliger cette approche, l’exposition proposée par le musée du quai Branly - Jacques Chirac adopte un parti pris fort, qui est d’inscrire ces réalisations dans une histoire de l’art. Du 18 septembre 2018 au 1er janvier 2019. Musée du Quai Branly Paris. Grayson Perry dynamite la Monnaie de Paris Après Maurizio Cattelan et Subodh Gupta, la Monnaie de Parie organise une vaste monographie du Lauréat du Turner Prize 2003. Sous le titre de l’expo bien dans l’air du temps : "Vanité, sexualité, genre", l’artiste populaire britannique adepte du travestissement (en son alter ego Claire), y présente ses céramiques, sculptures et tapisseries provocatrices qui cassent les codes et interrogent les identités. Un art du second degré enveloppé de kitsch. Jusqu’au 3 février 2019. www.monnaiedeparis.fr Hiroshi Sugimoto à Versailles Deuxième artiste japonais invité à présenter ses œuvres au Château de Versailles, le photographe Hiroshi Sugimoto venu à l’architecture et aux arts vivants sur le tard, présentera photographies et projets architecturaux dans les jardins du Trianon. Du 16 octobre 2018 au 20 janvier 2019. Paris. Art brut japonais À l’heure où l’art brut trouve une place importante sur la scène de l’art contemporain, le Japon contribue à porter ce phénomène artistique au-delà de son ancrage originel occidental. Une cinquantaine de créateurs témoignent qu’au sein de toutes les cultures, des personnalités singulières inventent leur propre mythologie et leur propre langage figuratif. Du 8 septembre 2018 au 10 mars 2019. Halle St Pierre. Monaco. « Tom Wesselmann, la promesse du bonheur ». Un titre stendhalien pour la présentation de 25 peintures, dessins et sculptures réalisés entre 1963 et 1993 par l’artiste Pop (1931-2004), spécialiste des représentations aussi colorées que glacées de la beauté et de l’érotisme féminins. NMNM Villa Paloma, jusqu’au 6 janvier 2019. www.nmnm.mc