Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes 20/01/2020

Le livre du mois

Herbier de Joséphine
À travers cet herbier imaginaire illustré de planches de Redouté, Catherine de Bourgoing nous propose un voyage au temps des expéditions épiques, où la recherche de plantes rares s’apparentait à une véritable chasse au trésor. Elle nous dévoile également une facette de la personnalité de l’Impératrice jusque-là peu connue : son goût pour l’art des jardins et l’horticulture. À découvrir dans la rubrique : Livres d’art.

L'artiste du mois

Jean-François Veillard
Ses peintures nous entrainent dans un univers débridé, expressionniste, violemment coloré, caustique, à la fois dérangeant et jouissif. Des miroirs de nos maux contemporains.

Coup  de coeur
Hans Hartung éclatant

Hans Hartung avait la fureur de peindre et la soif d’être libre. Pour sa complète réouverture après d’importants travaux, le Musée d’Art moderne de Paris lui offre une éclatante rétrospective. Jusqu’au 1er mars 2020.

Barbara Hepworth

Figure de la sculpture anglaise du XXe siècle, Barbara Hepworth (1903-1975) a créé une nouvelle esthétique universelle et intemporelle. Belle découverte au musée Rodin à Paris. Jusqu’au 22 mars 2020.

Le Monde nouveau de Charlotte Perriand

Il fallait bien tous les espaces d’exposition de la Fondation Louis Vuitton pour mettre pleinement en lumière la richesse et la diversité de l’univers de cette architecte-designer (1903-1999), qui considérait que « l’art est dans tout ». Une rétrospective réussie. Jusqu’au 24 janvier 2020.

Jorg Immendorff. La tâche du peintre

Le Musée Reina Sofia à Madrid présente une magistrale rétrospective des 40 ans de carrière artistique du peintre expressionniste allemand Jörg Immendorff. Jusqu’au 13 avril 2020. Reportage.

Arts & Cinéma. Les liaisons heureuses

Avec l’exposition Arts et cinéma. Les liaisons heureuses (une traversée originale et passionnante de plus de soixante ans d’histoire du cinéma dans ses rapports avec les avant-gardes esthétiques jusqu’à aujourd’hui), Rouen revisite le cinéma avec force et imagination. Jusqu’au 10 février 2020.


L’Inde : au miroir des photographesEn 1839, la naissance de la photographie est annoncée à Paris. Immédiatement, la presse britannique s’en fait l’écho dans les grandes villes indiennes. Des photographes partent à la découverte d’un pays-continent encore mystérieux et inconnu. À découvrir au musée Guimet à Paris, jusqu’au 17 février 2020.


Bacon en toutes lettres. Violence, érotisme et beautéFaut-il avoir lu Eschyle pour comprendre l’œuvre de Bacon ? Le Centre Pompidou nous propose une relecture de l’œuvre du peintre anglais (1909-1992) à l’aune de ses lectures. Un peu hermétique ! Mais la peinture se regarde aussi sans explication. Jusqu’au 20 janvier 2020.


Le Monde de Bruegel en Noir et BlancL’année Bruegel se poursuit à Bruxelles avec l’exposition « The World of Bruegel in Black and White ». Une plongée dans le monde imaginaire et débridé de ce grand maître flamand. Et l’occasion unique d’admirer ses exceptionnelles estampes. Jusqu’au 16 février 2020. Reportage.


Greco. Visionnaire fougueux Des premières icônes aux dernières grandes toiles au maniérisme exacerbé, 71 peintures du Greco sont réunies à Paris. Le peintre crétois n’avait pas été montré à la capitale depuis 1937. Une exceptionnelle rétrospective qui fera date. Jusqu’au 10 février 2020 au Grand Palais.


Jules Adler : peintre du peupleSa Grève au Creusot (1899) est devenue une icône des luttes ouvrières reproduite sur nombre de livres d’histoire. Cette rétrospective met en lumière l’une des œuvres les plus fortes sur les luttes sociales et le prolétariat à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Jusqu’au 23 février 2020. MADJ.

En bref

Le Château de Chantilly perd son mécène
Karim Aga Khan se retire après avoir injecté 70 millions d’euros depuis 2005. Le domaine de l’Oise doit donc trouver d’urgence d’autres sources de financements. Au 1er juillet 2020, tout le domaine va revenir dans le giron de l’Institut de France.

Disparition du peintre, photographe et plasticien John Baldessari (88 ans), l’un des représentants de l’art conceptuel américain.

Le Palais Fesch - musée des beaux-arts (Ajaccio) a reçu le Prix « Osez le musée » pour l’exemplarité de sa politique en direction des personnes en situation d’exclusion ou de vulnérabilité sociale et économique. En savoir plus.

Clap de fin des expos d’art contemporain à la Monnaie de Paris.
Trop chère à produire...le 9 février 2020, la Monnaie ne proposera plus de carte blanche à un grand artiste contemporain. Et se recentrera sur son musée et des événements culturels. Kiki Smith sera donc la dernière artiste invitée.

Fermeture du Grand Palais.
Fin 2020, le Grand Palais (construit pour l’Exposition Universelle de 1900) fermera pour travaux, afin d’accueillir des épreuves des JO 2024 (coût 466 M€). Les grandes manifestations parisiennes trouveront asile dans une structure éphémère édifiée sur le Champ-de-Mars, construite par l’architecte Jean-Michel Wilmotte.
http://presse.rmngp.fr/grand-palais-ephemere/

Paris. Philippe Cognée. Carne dei fiori Après les supermarchés, les autoroutes, les tours ou les abattoirs, le peintre Philippe Cognée (née en 1957), célèbre pour ses toiles floutées à la cire, s’empare du thème de la fleur, qu’il métamorphose en monumentales vanités. Du 11 janvier au 7 mars 2020.
Galerie Templon, 28, rue du Grenier St Lazare 75003. www.templon.com
Paris. Nils Udo : « Black Bamboo » Il n’y a qu’une œuvre, mais elle est monumentale et résume à elle seule la passion pour la nature de ce leader du mouvement « Art in Nature » (ne lui parlez surtout pas de Land Art !). Composé d’une centaine de tiges de bambous protégeant sept œufs en marbre noir, ce nid géant est aussi l’une des rares installations réalisées par l’artiste allemand (peintre-photographe) pour des espaces intérieurs. Jusqu’au 2 février 2020. Entrée libre. www.fondation.edf.com Le Louvre fête les 100 ans de Soulages Mercredi 27 novembre 2019, une toile de 1960 de Pierre Soulages a été adjugée 9,6 millions d’euros (frais compris) chez Tajan à Paris, bien au-delà de l’estimation de départ entre 4 et 6 millions d’euros, réalisant ainsi un record mondial pour une œuvre de l’artiste qui aura 100 ans le 24 décembre 2019, et qui continue de peintre aujourd’hui. Le musée du Louvre lui rend un hommage exceptionnel avec une sélection d’œuvres majeures de chacune de ses sept décennies, provenant des plus grands musées français et étrangers. Du 11 décembre 2019 au 9 mars 2020. Une œuvre cinétique au Louvre À l’occasion des 30 ans de la Pyramide, le musée du Louvre renoue avec les grandes commandes publiques et invite l’artiste contemporain Elias Crespin à concevoir un décor pérenne au sommet de l’escalier du Midi. L’Onde du Midi est une œuvre cinétique composée de 128 tubes métalliques, suspendus à des fils animés par des moteurs, dessinant une subtile chorégraphie. À partir du 25 janvier 2020. Gand. Année Van Eyck Seule une vingtaine d’œuvres du Maître flamand Van Eyck sont conservées de par le monde. Tout à fait exceptionnellement, au moins la moitié d’entre elles feront le voyage jusqu’à Gand en 2020, pour l’exposition « Van Eyck. Une Révolution optique » au Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK Gent). Un évènement majeur. Du 1er février au 30 avril 2020. www.mskgent.be/fr/expositions/van-eyck Réouverture de la Fondation Dubuffet à Paris Après deux ans de travaux, la Fondation Dubuffet rouvre avec l’exposition Ler dla canpane. Du 21 octobre 2019 au 6 mars 2020. www.dubuffetfondation.com Riom (63). Marie Ducaté. Ondulations L’univers singulier de Marie Ducaté fait référence aux contes, aux fonds marins, aux êtres imaginaires. Ses techniques et la diversité des matériaux utilisés (céramique, aquarelle, cristal, verre soufflé et gravé, papier et textile) renforcent l’originalité de ses créations pleines de fantaisie et d’une grande finesse. Musée Mandet. Du 23 novembre 2019 au 17 mai 2020. www.musees-riom.com Picasso. Tableaux magiques Entre l’été 1926 et le printemps 1930, Pablo Picasso réalise un vaste ensemble de peintures que le critique d’art Christian Zervos nommera dès 1938 « tableaux magiques ». Avec ces œuvres aux figures si étranges, Picasso expérimente différentes formes plastiques et ouvre un nouveau chapitre de sa création. Ici s’annonce déjà la puissance de Guernica. Du 1er octobre 2019 au 23 février 2020. www.museepicassoparis.fr