Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Abdelmalek Berhiss, Enfant prodige d’Essaouira > Abdelmalek Berhiss, Enfant prodige d’Essaouira

Abdelmalek Berhiss, Enfant prodige d’Essaouira

vendredi 26 décembre 2014, par cath

Du 22 novembre 2014 au 20 janvier 2015 (prolongation)
Interruption du 30 décembre au 6 janvier 2015
Galerie 5 Contemporary (Vera Amsellem)
48, rue du Roi de Sicile - 75004 Paris
Du lundi au samedi, de 13h30 à 19h30
Sur rendez-vous le matin
Entrée libre
Tél. 01 40 29 47 34
www.5contemporary.com

Grâce au galeriste et historien d’art Fréderic Damgaard et à sa galerie ouverte dans l’ancienne Mogador (Maroc) en 1988, les artistes d’Essaouira, ces “singuliers de l’art” (dixit Jean-Hubert Martin), autodidactes, souvent issus des couches populaires, sont maintenant connus. Parmi eux, Abdelmalek Berhiss qui montre à la galerie 5 Contemporary à Paris une quinzaine d’œuvres. L’artiste souiri (né en 1971) entra à la galerie Damgaard alors qu’il n’avait que 19 ans. Ouvrier agricole, d’un tempérament solitaire, il crée des œuvres colorées où se mélangeaient, sans même que l’artiste en ait conscience, archétypes et symbolique des formes artistiques ou des spiritualités de civilisations lointaines. Comme les aborigènes d’Australie, Berhiss utilise un pointillisme minutieux, comme les civilisations précolombiennes, des êtres où se mêlent zoomorphisme et anthropomorphisme, chimères ou monstres peut-être. Berhiss, comme ses pairs souiris, usait à ses débuts d’une palette de couleurs primaires. Ici, il joue avec des couleurs plus pastel, des gris, des camaïeux de jaune, de vert, des courbes douces, des biomorphes, des fonds constellés de points. Deux céramiques aériennes, et une bouteille de gaz solitaire peinte en couleurs vives, complètent ses peintures. Berhiss nous fait entrer dans un monde onirique qui prolonge ce que nous connaissons – trop mal encore – de l’essentiel de la culture, de la musique et de la spiritualité marocaines.

Elisabeth Hopkins

Visuel : Abdelmalek Berhiss, « Untitled ». Courtesy Galerie 5 Contemporary)