L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

"Une sélection des meilleures expositions du moment en Europe. L’occasion d’une escapade d’un week-end."

Expo à L'étranger

Abramovic, Method for Treasures

Sur le port de Copenhague, à mi-distance entre la salle de concert conçue par Jean Nouvel en 2009 et le nouvel opéra construit en 2005, on trouve le Diamant noir, adjonction récente (1999) de la Bibliothèque royale du Danemark. Derrière ses façades de marbre noir du Zimbabwe et ses vitres fumées, se cache une superbe installation visuelle et sonore (le mot "intervention" s’imposerait plutôt ici) de l’artiste Marina Abramovic (née en 1946).

Poursuivant, après l’artiste d’avant-garde russe Andrey Bartenev, le dialogue avec la collection de livres anciens, Abramovic laisse de côté ses performances pour offrir aux visiteurs une symbiose émouvante avec les trésors de la bibliothèque. Vous voilà forcé d’abandonner montre, téléphone et chaussures avant de pénétrer dans le hall circulaire où sont exposés, derrière une vitre, plus d’une soixantaine de manuscrits et livres anciens – une Bible de Gutenberg, une partition de Bach, des observations de Tycho Brahé, ou encore une lettre de Gandhi ou trois pages enluminées du Guide des Égarés de Maïmonide, pour n’en citer que quelques uns, sélectionnés par l’artiste.

Les notices explicatives sont étoffées, mais vous ne pouvez évidemment pas toucher ces livres ni en tourner les pages. L’artiste conceptuelle suggère donc de vous immerger, en un rapport exclusif et sensuel, dans des extraits traduits en anglais ou en danois de certains des textes exposés, en vous installant sur des bat-flancs ou des chaises autour de la pièce et en chaussant des écouteurs. Une façon d’oublier les contraintes de temps et d’appréhension de la culture que nous imposent aujourd’hui les GAFAM et de capter l’énergie détenue par les livres anciens “ici et maintenant”. Une façon aussi de se “connecter à soi-même”, dit l’artiste. Pour une fois, Abramovic ne transmet pas son énergie à son public, mais leur fournit les outils pour capter l’énergie que peuvent transmettre ces documents.

Un moment de bonheur où on peut regarder et écouter, écouter les yeux fermés, ou se contenter de regarder….

Elisabeth Hopkins

Visuel : Vue de l’exposition Abramovic, Method for Treasures. Billedet kan frit benyttes i f.m. omtale af Det Kongelige Bibliotek og bibliotekets aktiviteter . Mikael Müller. ©The Royal Library Denmark.

Archives des expos en europe
spacer

Infos pratiques
Du 21 juin 2017 au 21 mars 2020
The Black Diamond
The Royal Danish Library
Soren Kierkegaards Plads
1221 Copenhague K
Ouvert du lundi au samedi,
De 10h à 19h (18h le samedi)
Tarif : 50 DKK (environ 7€)
www.kb.dk