L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

"Une sélection des meilleures expositions en France"

Expo en France

Arts & Cinéma. Liaisons heureuses

Ancien directeur de la Cinémathèque française (de 1991 à 2000), Dominique Païni, aujourd’hui critique, théoricien et commissaire d’exposition, a eu l’idée originale de l’exposition qui s’épanouit cet automne au Musée des Beaux-Arts de Rouen après deux étapes en 2017 à Madrid et Barcelone. Véritable révolution technologique de la fin du XIXe siècle, le cinéma est né cependant dans un monde culturel déjà bien habité. Les interactions et influences réciproques ont commencé dès sa naissance entre le cinéma et les autres arts, l’expression « septième art » apparaissant en 1919 sous la plume du critique franco-italien Ricciotto Canudo.

À partir d’une sélection d’œuvres des collections de la Cinémathèque française et du musée rouennais, ainsi que d’autres collections publiques et privées, « Arts & Cinéma » dévoile « les liaisons heureuses », et même fructueuses, entre cet art naissant et des arts déjà séculaires comme la peinture ou un art jeune comme la photographie. D’avant le cinéma, où photographie, diorama ou chronophotographie s’efforcèrent de décrypter le mouvement, à « l’invention du cinéma moderne » par la Nouvelle Vague, le visiteur traverse plus de soixante ans d’histoire du cinéma dans ses rapports avec les avant-gardes esthétiques : impressionnisme et frères Lumière, cubisme et Charlie Chaplin, expressionnisme avec Le Cabinet du Docteur Caligari de Robert Wiene et Métropolis de Fritz Lang, surréalisme avec Buñuel, Dali, Man Ray et Cocteau… Jusqu’aux parentés, astucieusement évoquées, entre Godard et Yves Klein, comme le rapprochement du visage peint de Belmondo dans Pierrot le fou et d’Anthropométrie du peintre. Cette exposition-passerelle établit, sans abuser de théories absconses, des correspondances entre le cinéma et les autres arts qui auraient pu échapper au commun des amateurs. On en ressort riche de nouvelles sensations et de nouvelles idées. Et, comme pour ne pas en finir avec cette exposition, le thème du cinéma se poursuit dans deux autres salles du musée, « Je me souviens de… Anne Wiazemsky » et « Je me souviens de… Alain Cuny », où l’on découvre les photographies de l’une et les dessins de l’autre parmi d’autres documents émouvants, notamment le cahier de « travaux pratiques » de Godard autour du prénom Anne de sa jeune épouse.

Le FRAC Normandie Rouen propose depuis septembre une exposition en complète résonance avec celle du musée des Beaux-Arts, « Remake. Quand la vidéo rejoue le cinéma ». Ce qui n’est pas étonnant lorsque l’on sait la forte porosité au cinéma des artistes contemporains. Par le biais d’une trentaine d’œuvres, on assiste à la réinterprétation de l’histoire du cinéma en suivant la même chronologie que celle de l’exposition des Beaux-Arts, des frères Lumière à la Nouvelle Vague « réinventés ». Le FRAC y ajoutant une partie, souvent espiègle, consacrée au détournement des films de genre, péplum, film d’action, comédie musicale, blockbuster… Rouen revisite le cinéma avec force et imagination.

Jean-Michel Masqué

Visuels : Yourkévitch Sergueï, Charlot, 1926. Dessin plume sur papier. 40.10 x 29.80 cm. © Cinémathèque Française.
Rotella Mimmo, La storia del cinema, 1966. Peinture, affiche collée et déchirée, sérigraphie sur toile. 163.5 x 105.5 cm. © Cinémathèque Française.

Archives des expos en France
spacer


Du 18 octobre 2019 au 10 février 2020
Musée des Beaux-Arts de Rouen
Esplanade Marcel-Duchamp, Rouen
Tous les jours de 10h à 18h, sauf les mardis, 25 décembre et 1er janvier.
Tarif plein : 6 €
Tél. 02 35 71 28 40
https://mbarouen.fr

"Remake, Quand la vidéo rejoue le cinéma"
Du 14 septembre 2019 au 5 janvier 2020
FRAC Normandie Rouen
3, place des Martyrs-de-la-Résistance
Sotteville-lès-Rouen (face au Jardin des Plantes)
Du mercredi au dimanche, de 13h30 à 18h30, fermé le 25 décembre et le 1er janvier
Entrée libre
www.fracnormandierouen.fr