Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Neuegalerie : The Black Years : Histories of a Collection, 1933–1945 > BERLIN. Neuegalerie : The Black Years. Histories of a Collection, (...)

BERLIN. Neuegalerie : The Black Years. Histories of a Collection, 1933–1945

mardi 3 mai 2016

Du 21 novembre 2015 au 31 juillet 2016
Hamburger Bahnhof
Invalidenstrasse 50-51
10557 Berlin
Du mardi au vendredi, de 10h à 18h (20h le jeudi)
Le samedi et dimanche, de 11h à 18h
Fermé le lundi
Entrée : 8€
http://www.smb.museum/ausstellungen/detail/neue-galerie-die-schwarzen-jahre.html

Une triste étape dans l’histoire de l’art européen qui reste discrète, mais pas ignorée, dans les institutions muséales. Même si de temps à autre, un peu de son écume rejaillit dans l’actualité : l’affaire Gurlitt à Munich, tel ou tel peintre exposé dont on rappelle qu’il avait figuré dans l’exposition de Munich (Klee, par exemple). L’exposition berlinoise, empruntant les œuvres à la Neue Nationalgalerie fermée pour quelques années, met en valeur les relations entre artistes, œuvres, société, état et musée qui prévalurent pendant la période couvrant la montée du nazisme à la fin de la guerre.

L’exposition d’ « Art Dégénéré » qui débuta à Munich en 1937, et qui fit le tour de villes allemandes et autrichienne pendant quatre ans, comprenait 650 œuvres par 112 artistes, dont 6 juifs. Y figuraient les œuvres qui, aux yeux des nazis, étaient ridicules et dangereuses, déviant des normes esthétiques académiques, critiquaient la guerre, étaient l’œuvres de juifs, des communistes et des bolchéviques et avaient pour seul but de détruire la culture allemande. Ces œuvres contrastaient avec les 900 étiquetées « Grand Art Allemand » simultanément à la vente dans la nouvelle « Maison de l’Art Allemand » construite pour Hitler et dont les sujets favoris étaient la célébration du corps humain, féminin autant que masculin, du courage, du travail et de la nature (de « l’art déco kitsch », dit un critique). En 1939, des œuvres « dégénérées » furent vendues aux enchères en Suisse pour alimenter les coffres nazis. Des milliers, « sans valeur commerciale », furent brûlées.

L’exposition, qui ne lésine pas sur les explications concernant le contexte historique, s’ouvre sur quelques œuvres italiennes acquises dans une transaction entre les gouvernements des deux pays en 1932. Puis l’on plonge dans le vif du sujet avec une peinture noire de Karl Hofer, Les chambres noires, 1943, pendues sur des cimaises noires qui délimitent le cœur de l’exposition. L’expo mélange œuvres bannies de Kirchner, Nolde, Beckmann ; œuvres antinazies, tel Le grand nu allongé, 1942 de Picasso, peint pendant l’occupation de Paris, et œuvres de propagande. Elle se conclut avec un polyptyque de Horst Strempel, Nacht über Deutschland, 1945-46, retable violent et dénonciateur des camps de concentration.

Pour la petite histoire, deux œuvres du sculpteur Rudolf Belling figuraient dans l’exposition des dégénérés, dont Triade, 1924, mais disparurent discrètement lorsque l’on s’aperçut que des œuvres de lui figuraient également dans l’exposition académique. Sont réunies ici Triade et le boxeur allemand agréé par les nazis.

Une exposition sombre mais passionnante, à ne surtout pas manquer.

Elisabeth Hopkins

Visuel page expo : Vue de l’exposition. De gauche à droite, WilhelmLehmbruck : Kniende (Fragment), 1911 - Ernst Ludwig Kirchner : Atelierecke, 1919/20. – RudolfBelling : Dreiklang, 1919/24 (Triade) - Lyonel Feininger : Teltow II, 1918 © VG Bild-Kunst, Bonn 2015,© Nationalgalerie im Hamburger Bahnhof, SMB / Thomas Bruns
Visuel vignette : Karl Hofer (1878–1955), The Black Rooms (2nd version), 1943 (détail) © VG Bild-Kunst, Bonn 2015 / bpk / Nationalgalerie, SMB / Jörg P. Anders