Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Pierre-Yves Bohm & Tatiana Bohm > Pierre-Yves Bohm & Tatiana Bohm

Pierre-Yves Bohm & Tatiana Bohm

samedi 6 août 2011

Du 11 juin au 29 octobre 2011
Galerie Bruno Mory
Besanceuil 71460 Bonnay
Tél. 33 (0)3 85 59 45 63
www.galerie-bruno-mory.com

- A voir également aux mêmes dates à la galerie Bruno Mory : 25 ans de peinture de Jörg Langhans, artiste allemand né en 1966 dont l’œuvre est habitée par l’être humain, des extraits du corps à l’autoportrait.

Dans la famille Bohm, il y a le père déjà largement reconnu par sa peinture exposée depuis les années 1960 dans des musées et galeries à Lille, Tourcoing, Paris, Grenoble...et il y a la fille, née en 1979, jeune artiste qui multiplie les expériences (photo, vidéo, sculpture, textile, installation) tout en privilégiant l’image. À l’invitation de Bruno Mory (qui défend le travail de Pierre-Yves Bohm depuis des années) et répondant aussi à leur propre désir, ils ont travaillé à un projet à quatre mains durant dix huit mois, créant certaines œuvres ensemble et d’autres séparément, chacun dans son atelier, l’un à Roubaix, l’autre à Bruxelles. Ils ont ainsi réalisé une cinquantaine de peintures et de sculptures d’une incroyable proximité d’esprit et de manière, unis dans une même façon de voir et d’interroger le monde, de vouloir parler aux cœurs et aux âmes, de se rebeller. Leur sensibilité est si proche que les frontières de la filiation se brouillent dans certaines œuvres et qu’on finit par ne plus savoir « si c’est Tatiana ou Pierre-Yves qui en est l’auteur, ou les deux à la fois », souligne Bruno Mory.
Libre de toutes influences, l’œuvre singulière, complexe, puissante et lumineuse de Pierre-Yves Bohm emprunte au corps et à la nature, parle de guerre, de douleur, de mort, d’humanité. « Sa recherche plastique est axée sur l’accumulation et le mélange des matériaux et des techniques, peinture et broderie, sculptures minuscules, poteries et tissus, comme autant de couches superposées » écrit Mélanie Dufour dans le catalogue édité à l’occasion de l’exposition. Tatiana Bohm construit une œuvre toute aussi singulière et marquée par la violence et la folie du monde, la cruauté des hommes et elle le montre avec véhémence et créativité dans des images et objets perforés, scarifiés, défigurés, des mises en scène guerrières, des vidéos-performances qui témoignent de sa fascination pour le sang et les déjections, des sculptures empreintes de dramaturgie comme cette cathédrale de chairs à canon, édifiée avec des centaines de petits soldats en plastique rose. Réunis ici, les Bohm interpellent doublement notre regard sur les noirceurs du monde au travers de la beauté de leur geste.

Catherine Rigollet