Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Chiharu Shiota. Labyrinth of Memory > Chiharu Shiota. Labyrinth of Memory

Chiharu Shiota. Labyrinth of Memory

vendredi 4 mai 2012

Du 4 mai au 31 juillet 2012
La Sucrière
49-50 quai Rambaud
69002 Lyon France
Du mercredi au dimanche, de 11h à 18h
Plein tarif : 8 €
www.lasucriere-lyon.com

Au printemps 2011, l’artiste japonaise Chiharu Shiota -établie à Berlin- avait conçu deux installations monumentales pour la Maison Rouge à Paris : After the dream, gigantesque et minutieux tricotage de fils noirs emprisonnant cinq longues robes blanches, flottantes comme des âmes de corps disparus, et From where we come and what we are, une oeuvre inédite constituée de centaines de valises dressées en mur ou en toit…Tout un symbole. Début 2012, dans une moindre mesure et avec moins d’émotion compte tenu de l’étroitesse de la pièce, cette plasticienne qui fut élève de Marina Abramovic à Hambourg dans les années 1990 et dont le travail se nourrit de précurseurs telle Louise Bourgeois, avait envahi l’atelier de la Galerie Daniel Templon avec Infinity. Cette fois, l’artiste a eu quartier libre pour s’emparer des 1700 m² du plateau 2 de la Sucrière à Lyon et « habiter » le bâtiment avec ses incroyables tissages arachnéens ; réseau graphique –et variable- qui évoque « la puissance des liens interpersonnels et l’inévitable dépendance du sujet à ses racines ». Construit dans les années 1920, l’ancien entrepôt de la Sucrière, site emblématique de la Biennale d’Art Contemporain depuis 2003, est aujourd’hui totalement rénové. Olivier Ginon, patron de GL Events qui exploite la Sucrière, a confié à Patricia Houg le soin de la développer. À partir de mai 2012, en complément de la Biennale d’art contemporain, le lieu accueillera de façon continue des expositions sur le niveau 2. Cet espace est à la mesure des réalisations monumentales et de l’univers créatif de Chiharu Shiota. Entre les colonnes, elle y a installé seize longues robes blanches, triplant l’installation présentée à la Maison Rouge à Paris. Réalisées par le créateur Mongi Guibane, ces cocons vides, mais d’une présence intense, sont suspendus au plafond dans un réseau de fils noirs, qui a nécessité 600 kilomètres de laine. Une œuvre étrange et fascinante, à la fois glaçante et poétique, sujette à mille interprétations.

Catherine Rigollet