Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Clairvaux. 900 ans de l’abbaye cistercienne > Clairvaux 2015. 900 ans de l’abbaye cistercienne

Clairvaux 2015. 900 ans de l’abbaye cistercienne

samedi 20 juin 2015, par cath

- Exposition « Clairvaux. L’aventure cistercienne »
Jusqu’au 15 novembre 2015
Hôtel-Dieu-le-Comte
Rue de la Cité – Troyes (Aube)
Du mardi au dimanche, de 9h30 à 19h
Entrée libre
Tél. 06 88 85 50 57
www.clairvaux-2015.fr

 

- Abbaye de Clairvaux
Hameau de Ville-sous-la-Ferté (Aube)
Tous les jours jusqu’au 1er novembre, puis du mercredi au dimanche
De 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h.
Tél. 03 25 27 52 55
www.abbayedeclairvauux.com

En 2015, l’abbaye cistercienne de Clairvaux célèbre les 900 ans de sa fondation par saint Bernard avec un nouveau parcours de visite et une exposition-événement.

Pour suivre les voies cisterciennes, en cette année du neuf-centième anniversaire de la fondation de l’abbaye de Clairvaux par le futur saint Bernard (1090-1153), on peut le faire par Troyes où s’ouvre l’exposition « Clairvaux, l’aventure cistercienne » ou directement par l’abbaye de Clairvaux elle-même. Les deux sites étant distants d’un peu plus de 70 kilomètres, il est bien évidemment conseillé de voir l’exposition et l’abbaye, deux visites complémentaires.

De 1115 à 2015, Clairvaux a connu plusieurs vies, de troisième fille de Cîteaux à prison centrale en passant par son apogée d’abbaye médiévale aux XIIe et XIIIe siècles. Depuis douze ans qu’elle est passée dans le giron du ministère de la Culture, l’abbaye connaît une importante campagne de restauration toujours active. Des bâtiments sortis de leur gangue, on remarque le splendide bâtiment des convers, seul vestige de l’abbaye médiévale, qui symbolise la pureté originelle de l’ordre cistercien. Réfectoire, dortoir et cellier reflètent l’harmonie architecturale dépouillée voulue par Bernard. On rejoint la partie XVIIIe, époque dite du « palais monastique », en longeant un mirador désaffecté de l’ancienne centrale et à portée de tir d’un mirador de l’actuelle prison centrale repoussée un peu plus loin... Comme un rappel des occupations successives que Clairvaux a connues, toujours sous le signe de l’enfermement. Le grand cloître, un des plus grands de France, mêle aussi marques monastiques et marques carcérales dans une sensation d’abandon depuis que les prisonniers l’ont quitté. Le réfectoire des moines, devenu chapelle des prisonniers au XIXe siècle, est fraîchement rénové dans un style fin XVIIIe en rupture avec l’austérité cistercienne. Enfin, la visite s’achève à l’étage des cellules collectives du XIXe siècle (30 détenus dans 30 m² !) et des cellules individuelles plus tardives, et considérées comme une amélioration, où un détenu vivait dans une cage de 4 m². Ce qui dura jusqu’en 1971 !

À Troyes, dans l’Hôtel-Dieu-le-Comte, l’exposition chronologique et thématique souligne l’extraordinaire rayonnement de Clairvaux en Europe (339 abbayes filles). D’ailleurs, les 150 objets et pièces d’archives réunies ici pour la première fois viennent de tout le continent : crosseron de Robert de Molesme, Grande Bible de Clairvaux, croix-reliquaire de la Vraie Croix, manuscrits enluminés de la Règle de saint Benoît ou de la « Légende dorée » de Jacques de Voragine... C’est un voyage entre le trésor et la bibliothèque de Clairvaux, parmi les plus riches du Moyen Âge et dont l’exposition a voulu rassembler l’essentiel de ce qu’il en restait. Une des plus remarquables pièces est le linceul de saint Bernard et les fragments de son capuchon funéraire conservés dans une très grande vitrine. D’autres pièces d’une valeur inestimable ponctuent le parcours de la visite où le principal de l’histoire de Clairvaux est retracé dans ses implications religieuses, économiques, politiques, intellectuelles et artistiques jusqu’à sa transformation en prison centrale. Un destin hors du commun.

Jean-Michel Masqué

- Un catalogue-monument, « Clairvaux, l’aventure cistercienne », à l’image de cette exposition-événement, est édité à cette occasion qui regroupe à la fois trente-et-une contributions synthétiques et érudites sur l’histoire et la portée de Clairvaux et les notices des pièces présentées dans l’exposition. Ce fort volume est très richement illustré (344 illustrations) et devrait longtemps rester un ouvrage de référence sur ce pan essentiel de l’histoire cistercienne. Une somme !
Coédition Somogy éditions d’art et Conseil départemental de l’Aube, 24,6 x 28 cm, broché avec rabats, 30€.

Visuel : L’abbaye de Clairvaux, par Henry Valton (XIXe siècle). Huile sur toile. Troyes, Musée Saint-Loup © Musée des Beaux Arts de Troyes.
Saint Bernard, fondateur de Clairvaux. Ville-sous-La Ferté, église paroissiale Saint-Martin. Anonyme, XVIIe siècle. Provenance : abbaye de Clairvaux. Huile sur toile, 211 × 140 cm. © Région Champagne Ardenne, Service de l’inventaire du patrimoine culturel