Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Dessins néerlandais de paysage - Collection van Vlissingen > En route ! Dessins néerlandais de paysage - Collection van Vlissingen

En route ! Dessins néerlandais de paysage - Collection van Vlissingen

dimanche 31 janvier 2016

Du 30 janvier au 30 avril 2016
Fondation Custodia
121 rue de Lille – 75007 Paris
Tous les jours, sauf lundi, de 12h à 18h
Plein tarif 6€
Tél. 33 (0)1 47 05 75 19
www.fondationcustodia.fr

 

- Catalogue en anglais (Home and Abroad, Dutch and Flemish Landscape Drawings from the John and Marine van Vlissinger Art Foundation, 273 pages

 

Depuis 1975, John et Marine van Vlissingen ont bâti une remarquable collection de dessins de paysages d’artistes néerlandais et flamands du XVIIe au XIXe siècle. Après le Rijksmuseum pendant l’été 2015, la Fondation Custodia à Paris expose une sélection d’une centaine de feuilles de Rembrandt, Jacob van Ruisdael, Paul Bril, Jan Breughel, Jan van Goyen, Pieter de With, Reinier Vinkeles ou encore Josephus Augustus Knip.

Grands voyageurs, les artistes néerlandais ont sillonné leur pays et l’Europe à pied, à cheval ou en diligence, du XVIe au XVIIIe siècle, immortalisant dans leurs dessins à la mine, à la plume ou au pinceau la variété des paysages traversés : villes, campagnes, bords de rivières et de mer. Désormais, le paysage n’est plus considéré comme le simple arrière-plan de scènes bibliques ou mythologiques, mais comme un sujet à part entière. Qu’il s’agisse de leur environnement immédiat : paysages de nature autour d’Amsterdam réalisés par Rembrandt, Vue du pont de l’Amstel par Jacob van Ruisdael avec cinq moulins à vent et un pont levis, vues de villages d’Esaias van de Velde et de Jan van de Velde II, animées parfois de quelques petits personnages. Ou de paysages dessinés sur le vif au cours de leurs voyages : cascades à Tivoli de Caspar van Wittel, vue du Colisée à Rome de Daniel Dupré, paysages de Josephus Augustus Knip qui vécu trois ans à Rome d’où il ramena plus de six-cents études, dont une superbe aquarelle qui dépeint de manière très réaliste le paysage montagneux au nord-est de Rome, à proximité de la célèbre cascade de Terni.

Certains artistes tels Lucas van Uden, Pieter de Molij, Pieter de With ou Paulus van Liender concentrent leur observation sur des gros plans de nature, arbres le plus souvent. D’autres s’intéressent aux panoramas. Deux présentés dans l’exposition sont particulièrement remarquables. Celui de Van der Meulen, présent lors de la prise aux Espagnols de Cambrai par Louis XIV, témoigne de l’aspect de la ville juste après le siège. L’incroyable Vue d’Utrecht réalisée en pierre noire et lavis gris par Herman Saftleven est un panorama de plus d’un mètre cinquante de long réalisé sur quatre feuilles assemblées. On y voit la ville en arrière plan et une frise de petits personnages devant. Afin de permettre une impression sur gravure avec l’orientation correcte, l’artiste a pris soin d’inverser la vue pour permettre le transfert direct du dessin sur le cuivre.

Les artistes ajoutent parfois un peu -ou beaucoup- de leur imagination à la réalité. Dans son Paysage imaginaire, l’artiste anversois Tobias Verhaecht amalgame plusieurs sites visités pendant son périple en Italie. Johannes Bronkhorst, qui vit à Hoorn, assemble quant à lui sur une même feuille des dessins colorés à l’aquarelle d’oiseaux exotiques ramenés par les navires hollandais venant mouiller dans le port de la ville, les mettant en scène dans des paysages fictifs. Tandis que Hendrik Meijer, avec son goût prononcé pour les architectures imaginaires, mêle joyeusement des éléments empruntés à divers édifices.

Cette rare sélection d’une centaine de belles feuilles met en lumière le rôle essentiel joué par les dessinateurs hollandais et flamands, particulièrement aux XVIe et XVIIe siècles, dans l’invention d’une nouvelle façon de dessiner et de peindre le paysage, l’idéalisant, le sublimant ou le montrant au plus proche de la réalité observée, mais désormais élevé au rang de sujet principal.

Catherine Rigollet

- À voir, dans le même temps, au sous-sol de l’hôtel Lévis-Mirepoix, un choix d’œuvres sur papier du peintre et graveur flamand Jozef Van Ruyssevelt (1941-1985).
Lire l’article.

Visuels : Rembrandt Harmensz van Rijn (Leyde 1606 – 1669, Amsterdam), Remparts près de la porte Saint-Antoine, vers 1648-1652. Plume de roseau et encre brune, lavis brun. 142 x 182 mm.
Jacob van Ruisdael (1628/29-1682), Vue du pont de l’Amstel (Hogesluis) à Amsterdam, vers 1663. Pierre noire et lavis gris, 150 x 210 mm.
Pieter de With (actif entre 1650 et 1660), Paysage boisé et château sur une colline. Plume et encre noire, gouache et lavis brun. ©John and Marine van Vlissingen Art Foudation.
Portrait de Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia.
Photos : Lionel Pagès pour l’Agora des Arts.