Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Astralis > Astralis

Astralis

samedi 26 avril 2014

Du 7 février au 11 mai 2014
Espace Culturel Louis Vuitton
60, rue de Bassano – 75008 Paris
Du lundi au samedi, de 12h à 19h
Dimanche, de 11h à 19h
Fermé le 1er mai
Entrée libre

www.louisvuitton.com/espaceculturel

Mieux vaut, pour appréhender les œuvres de ce parcours initiatique de l’ombre à la lumière et de l’imaginaire à la réalité (ou vice versa), se référer moins à l’introduction savante du commissaire, Pascal Pique, qu’à un seul vers d’ Astralis, le poème de Novalis qui donne son titre à l’exposition : "Le monde se fait rêve, et rêver devient monde."
Douze artistes internationaux ont été incités à explorer "les profondeurs de l’Astral, autre nom de l’Invisible". La traversée de leurs œuvres commence avec l’éblouissement d’un tunnel de néons de Børre Saethre à la sortie de l’ascenseur obscur, avant un nouveau plongeon dans le noir et la découverte d’une vanité de Chloe Piene, un crâne noir, pensif sur son socle noir. Mais la lumière n’est pas loin, avec la transparence arachnéenne du cerf en grillage de Jean-Luc Favéro, réflexion sur la vie dans la nature et peut-être symbole christique. Les œuvres se succèdent, certaines pièces consacrées à un seul artiste. Tel Damien Deroubaix qui couvre murs et plafond de grandes huiles aux tonalités dominantes de bleu, autour d’une sculpture centrale, nous donnant sa vision du monde et de la vie qui tourne, dit-il, « autour de la vie, la mort, le temps, et le sud du paradis, soit l’enfer sur terre ». Dans le cabinet suivant, ce sont les visions de Myriam Mechita qui s’expriment par des œuvres installées autour d’une sculpture incandescente comme un feu. Suivent les dizaines de tambours brodés du collectif Art Orienté Objet, plaidoyer subtil contre toutes les actions et les idées qui blessent à jamais notre planète. L’exposition se termine sur un feu d’artifice : les sculptures symboliques de Rina Banerjee, colorées, chantantes, marquées par l’Inde dont l’artiste est issue et accompagnées de textes poétiquement surréalistes, elles réenchantent tout à la fois le monde et notre imaginaire. À nous maintenant, de rêver notre monde.

Elisabeth Hopkins

Jean-Luc Favéro, Cerf-transfiguré / Stag-Transformed (détail), 2013. Crâne et bois de cerf, fer et grillage galvanisé / Stag skull and antlers, iron, chicken wire. 400 x 300 x 250 cm. Courtesy : Jean-Luc Favéro