Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Françoise Huguier : regard sur la photographie africaine > Françoise Huguier : regard sur la photographie africaine

Françoise Huguier : regard sur la photographie africaine

mardi 19 avril 2016

Du 11 février au 7 mai 2016
Fondation Blachère
384 avenue des Argiles
ZI les Bourguignons-84400 APT
Ouvert du mardi au samedi,
De 14h à 18h30
Tél. 04 32 52 06 15
Entrée libre
www.fondationblachere.org/

La jeune Fondation Blachère (Blachère est le leader mondial des illuminations festives dans les villes) poursuit son histoire d’amour avec l’Afrique et ses artistes. L’exposition actuelle, perdue dans la zone industrielle à quelques kilomètres de la ville luberonaise d’Apt, ne souffre nullement de la simultanéité avec l’exposition monographique sur Seydou Keïta (Grand Palais, Paris jusqu’au 11 juillet 2016). Bien au contraire, elle élargit le champ des découvertes, en présentant les œuvres d’autres photographes de studio (tel Malick Sidibé, « l’œil de Bamako » disparu il y a quelques jours et Oumar Ly, décédé au début du mois de mars 2016), ou de photographes plus contemporains, y compris quelques femmes.

Françoise Huguier, qui lança en 1994 les Rencontres de la Photographie de Bamako, assure le commissariat de l’exposition et a choisi une centaine de photos : des argentiques pour les précurseurs Keïta (dont on retrouve ici l’impérial Billaly avec son boubou et son bébé), Sidibé et Ly ; des photos-reportages en noir et blanc, comme la série d’une violence inouïe de la sud-africaine Jodi Beiber sur les drogués ; de la couleur pour les photos souriantes, colorées et dansantes de la « sape » de Brazzaville par Baudouin Mouanda ; les oniriques scènes de ville de Kiripi Katembo ; le ballet des femmes noires d’Angèle Etoundi Essamba et les lumières vivantes, discrètes, caressantes et si poétiques de Mohamed Camara, pour n’en citer que quelques-unes.

On aimerait citer tous les artistes. Parler de la façon dont leurs photos reflètent leur amour pour leur continent blessé ici, rieur là ou leur respect pour les gens, bêtes de travail ou oisifs souriants. Et de leur humour…

Allez vite faire un petit tour en Provence, il ne vous reste que quelques jours pour voir cette superbe exposition.

Elisabeth Hopkins

Visuels : Angèle Etoundi Essamba, Elégance et grâce, 2007.
Malick Sidibe, Super cycliste, 1962.