Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Georg Baselitz – Eugène Leroy. Confrontation > Georg Baselitz – Eugène Leroy. Le récit et la condensation

Georg Baselitz – Eugène Leroy. Le récit et la condensation

lundi 14 octobre 2013

Du 11 octobre 2013 au 24 février 2014
MUba Eugène Leroy
2 rue Paul Doumer - 59200 Tourcoing
Tous les jours, sauf mardi et jours fériés
De 13h à 18h
tel 03 20 28 91 60
www.muba-tourcoing.fr

Duel au sommet

Après l’exceptionnelle donation faite en 2009 au musée de Tourcoing par les deux fils d’Eugène Leroy (1910-2000) et présentée à l’occasion du centenaire de la naissance du peintre en 2010, le MUba a souhaité demander à un artiste contemporain de porter son regard sur Leroy. Baselitz, fortement impressionné par Leroy, s’est très vite imposé.
Peu de chose unit toutefois le peintre Eugène Leroy et le peintre, sculpteur et graveur Georg Baselitz (né en 1938 à Deutschbaselitz en Saxe), hormis la peinture et l’admiration-critique que le second voue au premier depuis qu’il a découvert son œuvre au début des années 1960, à la galerie Claude Bernard à Paris. Ce qui est déjà beaucoup. Mais est-ce assez pour confronter dans un même espace ces deux géants de l’art qui n’ont aucun rapport formel entre eux ? Pour exposer côte à côte les immenses portraits, tête en bas, réalisés avec une peinture fluide, « aussi mince que de l’eau », par Georg Baselitz dont le retournement de sujet caractérise désormais le travail, et les tableaux d’Eugène Leroy dont les sujets ne sont que prétexte à explorer dans l’intemporalité et la sensualité, par un matériau aussi épais qu’une accumulation de « fientes de pigeons » (selon l’expression de Baselitz), ce qu’il nomme la lumière.
Cette première expérience de confrontation, qui met en scène près de quarante tableaux de très grands formats de Baselitz (tous des années 1995 à 97 et sur le thème du portrait de famille) et une vingtaine de peintures d’Eugène Leroy (de 1960 à 2000), issues pour la plupart de la Donation Eugène Jean et Jean-Jacques Leroy constitue davantage deux parcours en parallèle, qui n’ont de rapport que dans le discours. Mise en scène, à l’invitation d’Evelyne-Dorothée Allemand directrice du MUba, par Rainer Michael Mason, spécialiste de Baselitz dont il prépare le catalogue de l’œuvre gravé, l’exposition dérange aussi par une surreprésentation de celui que Mason nomme “le Protée de la peinture allemande”, « parce qu’il n’a cessé d’inventer, de rebondir et de surprendre ». Un Baselitz qui considère être l’un des “inventeurs” de Leroy, en ayant contribué au début des années 1980 à donner à ce dernier une visibilité européenne en incitant Michael Werner à découvrir son travail et à l’exposer dans sa galerie, tandis que Leroy, qui rencontra tardivement l’artiste allemand en 1990, disait en parlant de Baselitz : « c’est moi qui l’ai fait ! ». Un passionnant duel entre ces deux fascinants créateurs, qui se sont peu fréquentés, mais ont tous deux tenté percer le mystère du visible en faisant de la peinture le sujet essentiel de leur œuvre.

Catherine Rigollet

Visuel page expo : Têtes, 1987. Huile sur toile. 92 x 65 cm. MUba Eugène Leroy, Tourcoing. Donation Eugène Jean et Jean-Jacques Leroy, 2009. © Muba Eugène Leroy, 2013. Photo : DR
Visuel vignette : Selbstporträt Dummkopf [Autoportrait benêt], 1997. Huile sur toile. 200 x 162 cm. Collection de l’artiste. © Georg Baselitz, 2013. Photo : Jochen Littkemann.