Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Hortillonnages. Art, villes & paysage > Hortillonnages. Art, villes & paysage

Hortillonnages. Art, villes & paysage

mercredi 25 juin 2014

"Art, villes & paysage"
Du 14 juin au 12 octobre 2014
Hortillonnages – Amiens (80)

A pied : chemin de halage et Ile aux fagots
En barque : Port à fumier, en face du 51 rue Roger Allou à Camon
- Du 14 juin au 7 septembre 2014 :
du mardi au jeudi de 14h à 19h (dernière location de barques à 17h)
du vendredi au dimanche de 11h à 20 h (dernière location de barques à 18h)
- Du 10 septembre au 12 octobre :
du mercredi au vendredi de 14h à 19h (dernière location de barques à 17h)
les samedis et dimanches de 11h à 19h (dernière location de barques à 17h)
- Tarif de location de barques : de 14 à 22 € selon le nombre de personnes (2/4/6 personnes) - gratuit enfants de moins de 3 ans.
Durée maximum de la visite en barque : 2h30 (pique-nique possible)
Renseignements / réservations : 06 78 53 55 92
www.artcitieslandscape.com

- Visite classique des Hortillonnages
Du 1er avril au 31 octobre
www.hortillonnages-amiens.fr

Au cœur des célèbres Hortillonnages d’Amiens, la cinquième édition d’Art, villes & paysage continue avec originalité, fantaisie et humanisme de tisser les liens entre jardin, paysage, urbanisme et création contemporaine. Durant tout l’été, ce festival organisé par la Maison de la culture d’Amiens/Centre européen de création et de production dirigée par Gilbert Fillinger propose de partir à la découverte de trente-sept sculptures, œuvres paysagères et installations, dont seize inédites et les autres reconduites, réalisées par de jeunes paysagistes et plasticiens français, belges et anglais. Une balade artistique, poétique et rafraichissante au fil des 65 km de canaux et de petits lacs mouillant des dizaines d’îlots de verdure parfois brouillonne, que des jardiniers s’emploient à dompter.

Ces anciens marais, d’abord exploités pour la tourbe servant à se chauffer, puis pour des cultures maraîchères (qui perdurent modestement), sont aujourd’hui un site préservé. Faune (canards à ne plus pouvoir les compter) et flore y jouissent d’un espace calme et protégé, à deux pas de la plus vaste cathédrale de France. La plupart des œuvres sont disséminées autour de l’étang de Clermont, à l’extrémité Est des Hortillonnages. Et même si le chemin de halage permet d’en découvrir certaines à pied, la plupart ne sont accessibles qu’en barque, équipée d’un petit moteur électrique et qui se loue au départ du Port à fumier. En route pour 2h30 de promenade, plan en main avec itinéraire à suivre, pontons où il est possible d’accoster et description des œuvres.

Parmi les plus intéressantes : Entailles (2014), une étrange forêt de miroirs plantés au milieu des arbres qui s’y reflètent, œuvre de Wilson Trouvé, plasticien né en 1980 et diplômé de la villa Arson. Interference (2013) de l’anglaise Jo Lathwood, une sculpture proche de l’art cinétique qui recrée les ondulations de l’eau. L’Hydrophone (2013), du collectif PIP Partnership Ltd, une très décalée -et non moins écologique- cabine téléphonique posée au bout d’un ponton d’où l’on peut appeler une carpe, un escargot d’eau, des insectes aquatiques…et les entendre. Follow me (2013), du collectif Blah Blah Blah, une île mémoire des Hortillonnages avec sa cabane à colombage, ses arbres transformés en chaises et tables, ses cheminements ombragés et ses promontoires en bois surplombant les canaux. Le collectif Les Jardiniers Nomades a choisi de mettre en cadre la sérénité du paysage d’eau dans Le syndrome de la page blanche (2012), invitant chacun à s’asseoir, contempler, et se raconter une histoire. Celle de la ville est souvent lisible dans les Hortillonnages. Ainsi Remnant ("Ce qui reste" - 2014) d’Andrew Fisher Tomlin et Dan Bowyer, est un hommage au passé textile d’Amiens.

Au moyen-âge, l’industrie du tissu se concentrait dans la partie ouest des Hortillonnages et s’était spécialisée dans la production d’étoffes bleutées ; le climat local favorisant la pousse d’Isatis tinctoria, la fameuse waide dont on tirait le colorant indigo. Cette œuvre est installée sur l’Ile aux fagots à laquelle on accède à pied, à l’entrée des Hortillonnages. Dans ce deuxième espace dédié à Art, ville & paysage, on peut voir aussi Le Paradis perdus (2014) de Laurent Gongora et ses drôles de coucous cachés dans les arbres, Shifting Dimensions (2014), des voiles tendues imitant la canopée de Rosie Morris ou encore Les Hortillonnages en pli (2013) de Pierre-Alexandre Remy, une élégante sculpture en tôle d’acier galvanisé reproduisant le relevé topographique exact des Hortillonnages, ce site unique au monde, dont la sauvegarde est en partie assurée par des personnes en chantier d’insertion.

Catherine Rigollet

- À voir aussi à Amiens jusqu’au 19 octobre 2014
Reiner Ruthenbeck
Exposition de photographies, sculptures et installations (de 1958 à 1997) de cet artiste allemand né en 1937 qui privilégie dans son œuvre conceptuelle et minimaliste : la réalité urbaine, les objets familiers, les matériaux pauvres, l’équilibre précaire et les antagonismes. Maison de la culture d’Amiens. Entrée libre.
www.maisondelaculture-amiens.com

Visuels page expo : Interférences (2013), Jo Lathwood (© Yann Monel), Entailles (2014), Wilson Trouvé (© Yann Monel). Banlieue, collectif Uncommon (©©yannmonel)
Visuels page d’accueil : Interférences (2013), Jo Lathwood. Hydrophone (collectif PIP Partnership Ltd (© Vincent Gross). Banlieue, collectif Uncommon (© C.R)