Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Au Temps de Giorgione > Au temps de Giorgione

Au temps de Giorgione

lundi 28 mars 2016

In the Age of Giorgione
Du 12 mars au 5 juin 2016
Royal Academy of Arts
Burlington House, Piccadilly
Londres W1J 0BD
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Nocturne le vendredi jusqu’à 22h
Entrée : £ 10
www.royalacademy.org.uk/exhibition/in-the-age-of-giorgione

 

- Catalogue : In the Age of Giorgione - 27 x 24 cm -
£ 20 (broché) ou £ 30 (relié)

Bien avant d’être rendue populaire en Europe par les védutistes du 18e siècle, Venise est dès 1500 un centre florissant pour le commerce et les arts. Si Giovanni Bellini (1430-1516) en est le peintre le plus célèbre pour ses scènes de dévotion et ses portraits maintenant peints à l’huile, la jeune génération de ses élèves – Giorgio da Castelfranco, mieux connu sous le nom de Giorgione (c. 1478-1510) et Titien (1488-1576) – va faire éclore un nouveau style. Beauté idéalisée, couleurs et expressivité caractériseront cette Renaissance vénitienne.

Du premier élève, on sait peu de choses sinon qu’il travaille pour des connaisseurs cultivés et qu’il est probablement fauché par la peste peu après ses trente ans. Les tableaux qu’on peut lui attribuer ne dépassent pas la demi-douzaine. À sa mort, Titien reprend le flambeau et devient le peintre vénitien le plus renommé de son siècle.

L’exposition est centrée sur ces deux peintres et sur leurs contemporains vénitiens ou européens, tel Dürer, et explore les caractéristiques de leur “manière moderne”, louée par Giorgio Vasari dans ses Vite. Évolution de la portraiture, œuvres de dévotion et place que se fait peu à peu le paysage, passant de simple décor à protagoniste à part entière, sont illustrés par une bonne trentaine de toiles et dessins. Des portraits de petite taille, intimes et allusifs, tel le Portrait d’un homme (Terris portrait), 1506 de Giorgione qui interpelle le spectateur, on passe à des portraits en buste, narratifs, où mains du modèle et attributs servent à définir son rôle dans la société et sa personnalité comme Portrait d’un jeune homme avec son serviteur, attribué au maître qui s’essaie, avec succès, au sfumato de Léonard de Vinci.

Mais déjà le paysage fait son apparition, en tant que décor de scènes mythologiques (deux tableaux de Sebastiano del Piombo sur la Naissance et Mort d’Adonis, c. 1505-1508), bibliques (Vierge à l’enfant, 1507 de Girolamo Romanino, où le paysage semble flouté) et sacrées (Saint Jérôme, 1506 de Lorenzo Lotto). Au fil des années, les scènes religieuses ou mythologiques s’insèrent carrément dans le paysage, objet principal du tableau et porteur d’atmosphère et de poésie. On le voit dans Il Tramonto, 1502-05 de Giorgione, œuvre nommée pour la première fois par Roberto Longhi au 20e siècle.

Conversations sacrées et autres scènes religieuses restent néanmoins un sujet largement exploité, en un seul tableau, contrairement au polyptyques d’autel. Bellini même, s’y adonne avec Vierge à l’enfant avec Saint Pierre, Saint Marc et un donateur, 1505. De Giorgione, Vierge à l’enfant dans un paysage, c. 1500-1505 et Madone Tallard, où Jésus écoute avec passion ce que lui lit sa mère, et la Madone Lochis de Titien illuminent cette partie de l’exposition.

Celle-ci se conclut sur ce que les commissaires ont appelé les “portraits allégoriques”, une thématique qui permet d’inclure huit toiles qui ne répondaient pas forcément aux sélections précédentes. À côté de La Vecchia de Giorgione, on découvre les œuvres d’un peintre méconnu de nous mais célèbre en son temps, Giovanni Cariani, qui nous offre Portrait d’une jeune femme, c. 1508-1510, Judith, c.1510-15 et Sainte Agathe, 1510-1515. Une époque charnière où s’esquisse déjà le talent pour la couleur qui distinguera les Vénitiens des Florentins, plus portés sur le trait.

Parmi les meilleures expositions à voir à Londres en ce moment.

Elisabeth Hopkins

Visuels : Giorgione, Portrait of a Young Man (‘Giustiniani Portrait’). Oil on canvas, 57.5 x 45.5 cm. Gemäldegalerie, Staatliche Museen zu Berlin, Preußischer Kulturbesitz. Photo © Jörg P. Anders.
Giovanni Cariani, Portrait of a Young Woman. Oil on panel, 52.5 x 42.8 cm . Museum of Fine Arts, Budapest. Photo ©Museum of Fine Arts, Budapest.