Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Jean-Baptiste Sécheret. Paysages > Jean-Baptiste Sécheret. Paysages

Jean-Baptiste Sécheret. Paysages

vendredi 21 novembre 2014, par cath

Du 16 novembre 2014 au 1er mars 2015
Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq
31, Grande Rue - L’Isle-Adam (95)
Tous les jours, sauf mardi, de 14h à 18h
Tarif plein : 3,80€
Tél. 01 74 56 11 23
www.musee.ville-isle-adam.fr

 

- L’exposition, dont le commissariat est assuré par Anne-Laure Sol, réunit 80 œuvres (peintures, gravures, fusains, etc.) réalisées au gré des promenades et voyages de l’artiste à travers l’Europe et les États-Unis ; reproduites dans le catalogue de l’exposition (texte d’Alain Madeleine-Perdrillat). Ed. LienArt, 18€.

 

- L’exposition sera ensuite présentée au musée Goya de Castres, du 20 mars au 14 juin 2015.

Inspiré par le paysage, Jean-Baptiste Sécheret (né en 1957) peint tout ce qui s’offre à sa vue, avec une impressionnante maîtrise technique : la plage de Trouville et la pointe du Havre vues depuis sa fenêtre, le bout de l’aile de l’avion qui l’emmène à New York, le haut d’un building surplombant Central Park, les paysages d’Espagne lors de son séjour à Madrid comme pensionnaire de la Casa de Velázquez, des usines désaffectées, des collines dénudées, des horizons orageux, Paris où il vit. De manière sérielle, parfois en suivant la lumière du jour à la façon d’un Monet peignant ses meules ou la cathédrale de Rouen, s’intéressant essentiellement aux formes nouvelles qui surgissent, Sécheret travaille inlassablement face au motif. Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre ses œuvres à l’atelier, voire de les reprendre en les changeant totalement d’échelle.

Amoureux de la lenteur et des atmosphères, s’essayant à tous les types de médiums (peinture à l’huile, aquarelle, dessin au fusain, gravure…) pour le plaisir gourmand (il parle même de "saliver") que l’expérimentation procure, ce peintre et graveur (premier lauréat du Prix de Gravure Mario Avati – Académie des beaux-arts créé en 2013) évite soigneusement tout ce qui est narratif ou historique et fait preuve d’un goût prononcé pour une touche monochrome, comme ce beau bleu crépusculaire qui enveloppe une vue de la plage à Trouville ou les quais de l’Oise à L’Isle-Adam. Aucune présence humaine dans ses tableaux où le temps semble figé, d’où une certaine gravité et une puissante charge mélancolique qui en fait toute la séduction.

Catherine Rigollet

Visuel : Jean-Baptiste Sécheret, La rue de Paris (Trouville), juin 2003. Huile sur papier marouflé. 150 x 195 cm. Collection particulière, Paris.