Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Klimt sur les traces d’Hoffmann > Klimt sur les traces d’Hoffmann et de la Sécession

Klimt sur les traces d’Hoffmann et de la Sécession

lundi 2 avril 2012

Klimt, nel segno di Hoffmann e della Secessione
Du 24 mars au 8 juillet 2012
Musée Correr, San Marco 52, 30124 Venise, Italie
Tous les jours de 10h à 19h
Tarif plein : 12€
Tél. +39 041 2405211
www.correr.visitmuve.it

Mai 1899, Gustav Klimt visite Venise. Son éblouissement face aux ors des mosaïques de la basilique San Marco se retrouve en 1901 dans sa sensuelle Judith triomphant d’Holopherne, surgissant d’un fond or. À l’occasion du 150ème anniversaire de sa naissance, le musée Correr de la Sérénissime consacre une exposition à cet artiste de la Sécession, à ses liens avec Khnopff, Moser, Müller, Stöhr, Toorop et à ses relations avec l’architecte Hoffmann fondées sur l’idéal du Gesamtkunstwerk où la complicité est totale entre architecture, peinture, arts appliqués et sculpture. Éclatant hommage de cette ville à cet artiste dont la Galleria d’arte moderna di Ca’ Pesaro acquit Salomé - autre femme « fatale » chère au vocabulaire pictural incandescent de Klimt - qu’il exposait à la IXe Biennale internationale des arts de 1910. Ces deux toiles et L’Accomplissement ou Amants s’embrassant (1910), esquisse préparatoire pour la frise de la salle à manger du palais bruxellois d’Alphonse Stoclet construit par Hoffmann, sont réunies dans un dialogue où l’or prédomine, un des points forts de cette exposition comme l’est la présentation de la Frise Beethoven (L’Humanité souffrant et le chevalier à l’armure, Les Forces hostiles et L’Aspiration au bonheur se réalise dans la poésie) du pavillon de la Sécession de 1902 dirigé artistiquement par Hoffmann et conçu comme un hommage à Beethoven et à sa sculpture par Max Klinger. Abordant l’aspect peu connu de la jeunesse de l’artiste, lorsqu’avec son frère Ernst et Franz Matsch – frappant portrait du fils de ce peintre - il fonda la Künstler-Compagnie, cette exposition se termine par Tournesol, 1907, courbant sa tête. Prémonition de la mort qui emporta cet artiste 11 ans plus tard.

Gilles Kraemer