Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Les Borgia et leur Temps. De Léonard de Vinci à Michel-Ange > Les Borgia et leur Temps. De Léonard de Vinci à Michel-Ange

Les Borgia et leur Temps. De Léonard de Vinci à Michel-Ange

dimanche 5 octobre 2014

Du 17 septembre 2014 au 15 février 2015
Musée Maillol
59-61, rue de Grenelle - 75007 Paris
Ouvert du lundi au dimanche, de 10h30 à 19h
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h30
Plein tarif : 13€
www.museemaillol.com

 

- À lire : "Les Borgia et leur temps", catalogue de l’exposition, 192 pages et 120 illustrations. Ed. Gallimard. 35€. Et le Hors-série Découvertes, 50 illustrations. 8,90€.

Accoler les noms de deux peintres prestigieux avec le nom sulfureux de la grande famille qui compta trois papes, un saint, des hommes d’État, et au moins une femme rayonnante et influente, ne suffit pas pour faire une grande exposition. L’intention est louable et la première partie, didactique, remet en mémoire ces personnages qui traversèrent la fin du 15e siècle -avec la découverte de l’Amérique, l’invention de l’imprimerie, les excès de Savonarole, et les débuts de Léonard de Vinci et Michel-Ange– en êtres violents, ambitieux et licencieux. Leurs portraits, réels ou présumés, accompagnés de leurs biographies concises, voire même dans le cas de Lucrèce d’un reliquaire contenant une mèche de ses cheveux, ouvrent l’exposition.
Quelque soit le niveau de moralité des Borgia, le pape Alexandre VI, en particulier, sut apprécier l’environnement artistique de son époque. Belle occasion pour les commissaires d’assembler ici une œuvre de divers artistes contemporains, dont Pinturicchio (qui célébra la famille dans ses fresques pour les appartements Borgia du Vatican), Mantegna, Dosso Dossi, et Bellini ainsi qu’une ravissante petite Pietà de terre cuite attribuée à Michel-Ange.

Dans une pièce d’angle se trouvent les joyaux de l’exposition : trois portraits, celui d’un Savonarole austère par Fra’ Bartolomeo (1499-1500), le diptyque de Martin Luther et son épouse par Cranach l’Ancien (1529), et l’Érasme serein et songeur de Quentin Metsys (1517). De Léonard de Vinci, figurent trois esquisses d’un visage d’homme et une lettre que l’artiste écrivit au Duc de Sforza de Milan en 1482. Quelques bijoux et objets divers illustrent encore l’époque, mais l’on se demande bien pourquoi sont exposés, en fin de parcours, les costumes utilisés pour une série télévisée récente sur les Borgia. Une conclusion sans intérêt pour une exposition un peu décousue.

Elisabeth Hopkins

Visuel page expo : Lucas Cranach le Vieux, Portrait de Luther et sa femme, 1529. Huile sur toile. H.37 ; L.23 cm
Florence, Museo degli Uffi zi © Su concessione della SSPSAE e per il Polo Museale della città di Firenze.
Visuel vignette : Fra Bartolomeo, Portrait de Jérôme Savonarole - 1499-1500 (détail). Huile et tempera sur panneau. H.72 ; L.56 cm. Florence, Museo di San Marco © Su concessione della SSPSAE e per il Polo Museale della città di Firenze.