Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Lionel Sabatté. Marellomorpha > Lionel Sabatté. Marellomorpha

Lionel Sabatté. Marellomorpha

mercredi 17 février 2016

Du 30 janvier au 1er mars 2016
Galerie Eva Hober
35-37 rue Chapon – 75003
Du mardi au samedi, de 11h à 19h
Tél. +33 (0) 1 48 04 78 68
www.evahober.com

D’un premier coup d’œil, il est difficile de reconnaître l’univers de Lionel Sabatté dans Marellomorpha, sa nouvelle série de grandes peintures. On y perçoit des explosions de matières bulleuses, coulantes ou magmatiques évoquant un big-bang, dans une fulgurance de couleurs translucides ou plus opaques qui jouent avec la lumière et les contrastes, noyant la matière minérale et gazeuse évoquée par des noires profonds et veloutés dans le rose fuchsia, le bleu tendre ou le vert opaline d’un univers cosmique ; un art abstrait et des tons inédits chez cet artiste plutôt adepte d’un réalisme poétique et de nuances de gris et de bronze.

On est bien loin de ses célèbres sculptures de loups en moutons de poussières du métro ou de ses insectes miniatures constitués de peaux mortes et de rognures d’ongles, créés il y a une dizaine d’années. Mais on savait ce talentueux élève de Vladimir Velickovic capable du grand écart quand, abonnant –provisoirement- son art des déchets, il s’orienta au début des années 2010 vers la création d’un fabuleux bestiaire peint avec un raffinement proche du maniérisme, commençant déjà à ébaucher les prémices d’une nouvelle recherche formelle et picturale autour d’une matière fluide déposée au pinceau avec virtuosité.

Lionel Sabatté ne dévie donc pas de sa route : expérimenter sans cesse de nouvelles techniques pour interroger le temps qui passe, la mutation des choses, l’évanescence des formes et faire (re)naître la vie.
C’est dans ce continuum que réside son œuvre, qu’il poursuit en confirmant sa maîtrise de la peinture et sa capacité à se réinventer sans s’égarer.

Catherine Rigollet

Visuel : Série Marellomorpha, 2015/2016. Photo l’Agora des Arts. Et vue de l’exposition : © Marc Domage. Courtesy Galerie Eva Hober.