Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Malevitch. Rétrospective > Malevitch. Rétrospective à la Tate Modern

Malevitch. Rétrospective à la Tate Modern

mardi 15 juillet 2014

Du 16 juillet au 26 octobre 2014
Tate Modern - Londres
Tous les jours, de 10h à 18h
Nocturne vendredi et samedi, jusqu’à 22h
Tarif plein : £14.50
www.tate.org.uk

La Tate Modern fait l’événement cet été avec une très complète -et très réussie- rétrospective consacrée à Malevitch (1878-1935). Une exposition rendue possible grâce à la collaboration avec le Stedelijk Museum, la Khardizhiev Foudation à Amsterdam et la Costakis Collection à Thessalonique. L’exposition emprunte par ailleurs aux collections du monde entier pour offrir une vue d’ensemble sur l’intégralité de sa carrière, de ses engagements artistiques et de sa confrontation avec le régime stalinien.

Les visiteurs peuvent voir le cheminement de l’artiste, de ses premières toiles représentant des paysages russes, des scènes religieuses et des travailleurs russes dans les tonalités du fauvisme, jusqu’à ses compositions radicales portées par le suprématisme qui affirme la souveraineté de la forme abstraite limitée à des formes géométriques, tel son révolutionnaire Carré noir sur fond blanc, 1913 (Black Square), montré en 1915 dans une exposition baptisée 0.10 (Zéro.Dix) avec 38 autres œuvres réunies à nouveau dans cette rétrospective, et accrochées de la même façon : le carré noir sur fond blanc placé de manière très subversive, en haut de la salle et en coin, comme une icône.

En 1917, les artistes sont dans un intense questionnement sur le propos de l’art dans cette nouvelle société qui émerge après l’abdication du tsar Nicolas II et l’arrivée du bolchevisme. Mais à
partir de 1928, le pouvoir stalinien rejette l’avant-garde artistique jugée trop élitiste. Alors, Malevitch "réinvente" la figuration en peignant des personnages plantés dans un environnement rural et populaire. Mais les poses figées et les visages inertes ou vides témoignent de son désir d’exprimer l’oppression et la négation de l’individu engendrées par le collectivisme. L’exposition, qui fait la part belle à son œuvre sur papier en lui consacrant une grande salle, rappelle aussi son activité d’enseignant et explore également l’implication de Malevitch dans les domaines de l’architecture, du théâtre et de l’opéra.
Le parcours se referme sur ses dernières peintures, des portraits d’un naturalisme qui surprend et qui renvoie à ses premières œuvres, trente ans plus tôt.

Catherine Rigollet

Visuel page expo : Kazimir Malevitch, Woman with Rake 1930-32, State Tretyakov Gallery, Moscow, Russia.
Visuel vignette : Black Square 1915 © State Tretyakov Gallery, Moscow