Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Mario Testino. In Your Face > Mario Testino. In Your Face

Mario Testino. In Your Face

samedi 25 avril 2015

Du 20 janvier au 26 juillet 2015
Gemäldegalerie
Matthäikirchplatz -10785 Berlin
Du mardi au vendredi, de 10h à 18h
Samedi et dimanche, de 11h à 18h
Fermé le lundi
Entrée : 16€ (musée + exposition temporaire)
www.smb.museum

Non loin des Primitifs flamands et italiens, la Gemäldegalerie expose sur des murs sombres plus de 120 portraits photographiques en couleur ou noir et blanc, de formats variables, de Mario Testino. Le photographe de mode (né au Pérou en 1954 et basé à Londres) a sélectionné ces portraits et quelques scènes, parus depuis une vingtaine d’années dans Vogue, Allure ou V. Quelques uns viennent aussi de sa propre collection. Esthétisantes en diable, provocatrices voire exhibitionnistes, ces images de stars, surtout féminines, du showbiz et de la mode (Lady Gaga, Kate Moss, Madonna, Claudia Schiffer) reflètent aussi bien la perfection de son travail – jeu de couleurs, jeu d’ombres, gros plans sur des épidermes satinés ou de velours, prunelles séductrices sous des maquillages abstraits, poses équivoques – que la perfection de ses modèles, nus ou vêtus de robes somptueuses dans des décors non moins somptueux.

Un monde beau, très beau, glacé et glaçant, si loin des aléas de la vie quotidienne qu’il est même inutile d’en rêver. Spectateur et exclu. Avec une pointe de gêne, on admire ces mannequins partageant un moment qui ne peut être que factice avec des autochtones péruviens ou marocains en costumes traditionnels. Avouons-le, ils paraissent aussi heureux qu’on les utilise comme faire-valoir que les singes d’une autre photo.

Incontestablement, le travail de Mario Testino est le reflet du microcosme des happy few de nos sociétés occidentales, où tout est beau, doré, superficiel, équivoque, et étayé par la fortune et la sexualité. Acceptable dans les pages des magazines dont il est la raison d’être, ce microcosme a-t-il vraiment besoin de s’exhiber dans les musées ?

Elisabeth Hopkins

Visuel : Kate Moss. London. Vogue Italia, 2006 © Mario Testino