Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Max Ernst. Rétrospective 2013 à Vienne > Max Ernst. Rétrospective

Max Ernst. Rétrospective

mardi 22 janvier 2013

Du 23 janvier au 5 mai 2013
Commissariat de Werner Spies et Julia Drost
Albertina - Vienne (Autriche)
www.albertina.at

 

- Puis du 26 mai au 8 septembre 2013 - Fondation Beyeler en Suisse.

 

- Située dans le cœur historique de Vienne, l’Albertina fut autrefois le plus vaste palais résidentiel des Habsbourg à Vienne. Devenu musée d’art de renommée internationale, il abrite l’une des plus importantes collections d’arts graphiques mondiales : quelque 50 000 dessins et aquarelles ainsi que près de 900 000 travaux graphiques d’impression datant du gotique flamboyant à nos jours.

- A voir aussi à l’Albertina :
Erwin Wurm. Du 12 décembre 2012 au 17 février 2013.
Lire l’article.

Peintre, dessinateur et poète d’origine allemande, Max Ernst (1891-1976) fait partie des artistes les plus inventifs de l’art moderne. Le musée Albertina de Vienne lui consacre une rétrospective, du 23 janvier au 5 mai 2013. Organisée chronologiquement, elle présente une sélection de 180 peintures, collages et sculptures de cet artiste surréaliste qui combinait avec virtuosité fantasmes, humour, ironie, poésie et romantisme. Né à Brülh, où un grand musée est dédié à son œuvre, Ernst très tôt, rompt avec les techniques artistiques traditionnelles et invente diverses méthodes indirectes de travail comme la peinture sur impression, le collage, le frottage, le grattage ou la décalcomanie. À travers celles-ci, il interroge de manière systématique l’« au-delà de la peinture », dit-il. Après s’être rapproché du dadaïsme à Cologne (il y rencontrera Hans Arp qui restera son ami toute sa vie), il s’affirme rapidement comme un des pionniers du surréalisme à Paris, où il arrive en 1922, trouvant accueil chez les Eluard.
Avec une grande liberté, ne se lassant pas d’inventer de nouvelles figures, formes et techniques, Max Ernst ne cessera d’explorer de nouvelles directions. Il a ainsi donné naissance à une œuvre unique, qui se dérobe à toute définition stylistique évidente et dont l’évolution est également marquée par sa vie amoureuse mouvementée (quatre épouses dont Peggy Guggenheim et Dorothea Tanning) et par ses lieux de résidence changeants en Europe et en Amérique où il s’est exilé en 1941. Il sera tour à tour citoyen américain, puis français. De nombreuses rétrospectives se sont succédées depuis sa mort en 1976, à 85 ans. Cette nouvelle grande exposition présente tous les aspects de la création de Max Ernst, offrant aux spectateurs une nouvelle occasion d’admirer l’œuvre polymorphe de cet artiste, dans toute sa richesse.

Catherine Rigollet

Visuel page expo : Max Ernst, Approaching Puberty or The Pleiads (La Puberté proche ou les Pléiades), 1921. Huile sur toile. © VBK, Wien 2012 / Tate, London 2012.
Visuel page d’accueil : Max Ernst, Pietà ou Révolution by Night (Pietà, ou La révolution la nuit), 1923. Collage, Gouache et huile sur papier © VBK, Wien 2012 / Privatsammlung