L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

"Une sélection des meilleures expositions du moment en Europe. L’occasion d’une escapade d’un week-end."

Expo à L'étranger

Ostende et ses peintres : Ensor, Spilliaert et Permeke

Ensor, Spilliaert : les deux plus grands artistes qu’ait vu naître Ostende ont enfin droit, dans le musée de la ville, le Mu-ZEE, à un traitement particulier. Ils sont réunis dans une aile qui leur est réservée. Ce nouvel accrochage, installé depuis fin avril 2016 au rez-de-chaussée de l’établissement, met le visiteur de plain-pied avec leur œuvre et souligne aussi bien la place qu’occupe Ostende dans leur œuvre que ce que leur œuvre apporte à la gloire d’Ostende.

James Ensor et Léon Spilliaert furent contemporains. L’aîné, Ensor, vit le jour en 1860. Spilliaert était son cadet de vingt ans, mais il mourut trois ans avant lui, en 1946. Ils furent rivaux, et ce qui les rapprocha, plus qu’une amitié, que des caractères trop dissemblables rendaient impossible, ce fut une profonde estime mutuelle.
Ce qu’ils ont en commun : Ostende, cette ville si particulière, port de pêche, puis station de villégiature à la mode, avec la forte présence de la mer et ses lumières exceptionnelles. À l’un et l’autre, Ostende a donné sa lumière. Chacun l’a intégrée à sa manière, cherchant à en transcrire les subtilités.
Mais ce qu’on retient d’Ensor, ce qui lui a donné sa célébrité, c’est moins son traitement de la lumière que ses figures grotesques et ses masques, qui font de lui un précurseur et un compagnon de l’expressionnisme. Il y vient tôt : son œuvre majeure, L’entrée du Christ à Bruxelles (que la Belgique a hélas laissé partir aux États-Unis il y a trente ans), véritable manifeste de ce style, a été peinte alors qu’il n’avait pas trente ans. À défaut de l’original, le Mu-ZEE présente une tapisserie réalisée en 2010 à partir d’un carton de 1929 auquel Ensor lui-même aurait participé. De quoi se faire une petite idée…(illustr.1)

On peut voir par ailleurs une reproduction du tableau à l’emplacement exact où l’artiste lui-même l’avait accroché, le salon de la maison où il vécut de 1917 à sa mort en 1949, et devenue musée. De cette maison, qui abrita le magasin de souvenirs de sa tante, et de la boutique de ses parents, qui vendait le même type d’objets, on dit qu’elles expliquent une part du peintre. Ces boutiques étaient pleines d’objets étranges, coquillages, jouets, animaux empaillés, etc. En réalité, Ensor, en grand artiste, se nourrit de tout : de ce qu’il aime, masques de carnaval, caricatures de Daumier, comme de ce qu’il n’aime pas, l’impressionnisme, l’injustice, le peu de considération qu’on a pour son travail…La salle qui lui est consacrée au musée d’Ostende donne un aperçu de sa personnalité : gendarmes, juges y sont vilipendés, un Christ qui lui ressemble apaise les tempêtes avant d’être reçu en triomphe…

Tout autre est Spilliaert. Famille de boutiquiers aussi, mais d’une autre nature. Le père de Léon est parfumeur, et fournit la famille royale. Il crée ses parfums, dessine la forme des flacons et les étiquettes. Le jeune Léon l’y aide, poussé par le goût du dessin qui se manifeste très tôt chez lui.
Comme pour Ensor, la lumière compte pour Spilliaert. Mais la sienne, c’est celle de la nuit, le domaine que lui ouvrent ses insomnies. Il peint la nuit d’Ostende, éclairée par la lune ou les réverbères. Reflet d’un caractère sombre, celui qu’on prête à l’artiste ? On est frappé, pourtant, par sa recherche formelle. Du paysage ostendais, il traque les lignes de fuite. La tâche lui est facilitée par les étendues maritimes, par les arcades des très longues Galeries royales et à cause desquelles on a pu, sans doute à tort, le rapprocher de Chirico. S’il fallait aller chercher des cousinages, ce serait plutôt du côté d’Edvard Munch, dans les lignes ondulantes, les couleurs et les visages hagards. Il y a bien de l’expressionnisme chez Spilliaert. On le voit notamment dans ce terrible autoportrait au miroir du musée d’Ostende, à l’œil démesuré, à la bouche ouverte par on ne sait quelle inquiétude. Des nombreux autoportraits de l’artiste, celui-ci est l’un des plus intenses. Le musée montre aussi l’un des tableaux les plus célèbres de l’artiste, Vertigo (illustr.2)

L’œuvre de Spilliaert bénéficie par ailleurs à Ostende, depuis le printemps, d’un nouveau lieu qui veut à la fois présenter des expositions et être centre de recherches : la Maison Spilliaert. Située au bout des Galeries royales qu’aimait beaucoup le peintre, c’est une initiative privée à laquelle est associée notamment la grande spécialiste de l’œuvre de l’artiste, Anne Adriaens-Pannier, La Maison se propose de programmer deux expositions par an et de s’intéresser particulièrement aux relations entre Spilliaert et la ville d’Ostende.

Franchement expressionniste est le troisième homme de l’heureuse trilogie que connut Ostende entre la fin du 19è siècle et la moitié du 20ème, Constant Permeke. Né en 1886 à Anvers, établi à Ostende à six ans, il était le fils d’un artiste qui fut aussi responsable du musée des beaux-arts de la ville, où il fit entrer des œuvres d’Ensor. De Constant Permeke, le Mu-ZEE montre quelques œuvres, qui ne sont pas parmi les plus significatives. C’est que lui, il faut aller le voir dans sa maison, située à Jabbeke, à une quinzaine de kilomètres d’Ostende, devenue musée et gérée par le Mu-ZEE. Cette maison, c’est celle qu’il fit construire pour lui en 1930, où il installa deux ateliers, un pour la peinture et l’autre pour la sculpture, dans laquelle il commençait de s’engager. À la différence de la maison d’Ensor à Ostende, ici ce sont des œuvres réelles de Permeke qu’on voit, parmi les plus représentatives. Son univers de peintre est peuplé par sa famille, des paysans, des pêcheurs, dans des tons souvent sombres, avec quelques moments de couleur. Des peintures solides, charpentées, qui rappellent souvent la stature forte de l’artiste lui-même. On voit aussi dans la maison-musée quelques pièces d’art africain que Permeke avait auprès de lui, et qui soulignent une influence incontestable sur l’architecture qu’il donne aux visages qu’il peint. Dans le jardin est installée l’une de ses plus belles sculptures, Niobé, inspirée du mythe grec (illustr.3). L’atelier de sculptures de la maison Permeke est devenu un lieu d’exposition d’art contemporain.

Philippe Pujas

Visuels : Vues des salles du Mu-Zee : James Ensor (1860-1949), L’entrée du Christ à Bruxelles. Tapisserie réalisée en 2010 à partir d’un carton de 1929 auquel Ensor lui-même aurait participé.
Léon Spilliaert (1881-1946), Vertigo, 1908. Photo : P. Pujas
Constant Permeke (1886-1952), Niobé, 1951, sculpture, ciment. Vue du jardin de la maison-atelier de Permeke. Photo : Philippe Pujas.
Visuel page d’accueil : James Ensor, Autoportrait au chapeau fleuri, 1883. Photo : Steven Decroos.

Archives des expos en europe
spacer

Infos pratiques
- Mu-ZEE
Romestraat 11 - 8400 Oostende
10h - 18h. Fermé le lundi
www.muzee.be
 
- La Maison d’Ensor
Vlaanderenstraat 27 - 8400 Oostende
10h - 12h et 14h -17h.
Fermé le mardi
 
- Maison Spilliaert
Rotonde West, Thermae Palace Koningin Astridlaan 7
8400 Ostende
Ouvert pendant les week-ends de l’année scolaire : samedi : 10h -18h
dimanche et jours fériés : 11h - 17h
Pendant les congés scolaires : du lundi au samedi : 10h - 18h
Les dimanches et jours fériés : 11h - 17h
 
- Musée Permeke
Gistelse Steenweg 341
8490 Jabbeke
10h - 12h30 et 13h30 - 17h30
Fermé le lundi