Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Otto Freundlich > Otto Freundlich

Otto Freundlich

dimanche 17 mai 2009

Du 16 mai au 31 octobre 2009
Musée Tavet-Delacour à Pontoise (95)
4, rue Lemercier
Tél. 01 30 38 02 40
Ouvert du mercredi au dimanche.

Parmi les premiers créateurs de l’art abstrait, avec une œuvre non figuration réalisée en 1911 et présentée à Amsterdam en 1912, l’artiste allemand Otto Freundlich (1878-1943) est pourtant moins connu que Kupka ou Kandinsky, du fait notamment de la rareté de ses œuvres (beaucoup furent détruites en Allemagne après qu’il soit déclaré artiste dégénéré par les nazis) et de leur quasi absence dans les musées français. Après deux séjours à Paris en 1908 et 1909 où il se lie avec Picasso, Braque, Apollinaire, il devient une figure importante de l’avant-garde berlinoise, membre de la Nouvelle Sécession, des cercles dadaïstes, avant de revenir en France en 1925 et de se lier au mouvement Abstraction-Création. En mars 1943, sur le point d’être déporté, il fait part de son désir que les œuvres conservées dans son atelier ne soient pas dispersées. En 1968, le musée de Pontoise reçut en donation son fonds d’atelier qui fait aujourd’hui l’objet d’un catalogue (éditions Somogy) et surtout d’une exposition donnant ainsi l’occasion de réunir cette donation dans son intégralité avec les acquisitions ultérieures du musée et des œuvres conservées dans les collections publiques françaises. Utilisant une variété de techniques (peintures, pastels, gravures, sculptures, mosaïques et vitraux), inspiré par l’homme et le cosmos, Freundlich a élaboré son propre système plastique fondé sur une construction de cellules géométriques dans une gamme chromatique savamment orchestrée. Son œuvre, fortement théorisée, se distingue toutefois de l’art géométrique par sa note expressionniste, particulièrement visible dans ses encres et gravures en noir et blanc.
« Freundlich a créé une œuvre émotionnelle, au caractère profondément humaniste », témoigne Christophe Duvivier, directeur des musées de Pontoise.

C.R.