Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Painters’ Painters. London > Painters’ Painters

Painters’ Painters

lundi 30 janvier 2017, par cath

Du 30 novembre 2016 au 28 février 2017
Saatchi Gallery
Duke of York’s HQ
King’s Road, London SW3 4RY
Ouvert 7/7, 10h à 18h
Entrée libre
www.saatchigallery.com

Non, la peinture n’est pas encore enterrée. Si elle n’occupe qu’une petite place dans l’art contemporain au regard des nouveaux medias, des nouvelles technologies, il est encore des artistes, jeunes, pour s’y intéresser. La Saatchi Gallery présente donc quelques toiles de neuf artistes (pas une seule femme), œuvres figuratives voire réalistes, qui semblent ne se réclamer d’aucune influence, mais dans lesquelles on se plait à chercher, voire à trouver des thèmes et des approches stylistiques familières.

Dire que tous ces peintres, venus principalement du Royaume Uni et d’Amérique, feront date, probablement non. Et pourtant, certaines toiles retiennent l’attention : Dexter Dalwood (qui rata le Turner Prize en 2010) s’intéresse aux personnes médiatisées, mortes si possible : Un angle de piscine vide et pelé sur les trois-quarts de la toile ? On y verrait presque une scène de banlieue californienne à la Hockney, si, à la lecture du cartel, Brian Jones’ swimming pool, 2000, on ne se rappelait que le chanteur des Rolling Stones fut trouvé noyé au fond de sa piscine. Les toiles de Ryan Mosley offrent des personnages à une tête mais multiples membres, jambes levées comme chez Toulouse Lautrec ou écartelées comme chez Bellmer, yeux plantés au cœur d’une main, une cuisse, des chairs aux couleurs légères, pastel.

Une chorégraphie figée dans l’instant dont on ne sait si elle tient de l’obscène ou de l’humoristique. Ou encore David Brian Smith qui peint, à partir de vieilles photos, des scènes pastorales et réalistes de berger et troupeau sur fonds de ciel abstraits. Version contemporaine du “Pais mes brebis” néotestamentaire ?
Chez tous, un vrai savoir-faire, mais peu d’émotion. Reste une exposition variée où, comme à l’auberge espagnole, on voit ce que l’on y apporte. Un plaisir d’imagination auquel on peut se livrer sans retenue. Vaut le détour.

Elisabeth Hopkins

Visuel : Brian Smith, David - Great Expectations - A Windy Day. Courtesy Prachi Gothi (Saatchi Gallery)