Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Linder. Femme/Objet > Linder. Femme/Objet

Linder. Femme/Objet

lundi 4 février 2013

Du 1er février au 21 avril 2013
ARC – musée d’art moderne de la Ville de Paris
11, avenue du Président Wilson – 75016
Du mardi au dimanche, de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h
Plein tarif : 6€
Tél. 01 53 67 40 00
www.mam.paris.fr

 

À voir aussi au MAM :
- L’Art en guerre, jusqu’au 17 février 2013.

- La collection Michael Werner, jusqu’au 3 mars 2013.

« Les collages sont un excellent moyen de déconstruire la manière dont d’autres nous imposent leur vision du monde ». Linda Mulvey, alias Linder Sterling, dite Linder tout court, artiste qui a émergé durant la grande époque punk des années 1970, a opté pour le collage façon Dada pour rompre avec la femme idéale et créer des images transgressives. Tous les matériaux se valent pour cette artiste britannique, née en 1954 à Liverpool, qui pioche dans sa gigantesque collection de revues des années 40 à nos jours. Prélevant des éléments aussi bien dans des magazines érotiques que dans des revues de cuisine, de mode, de design ménager ou d’automobiles, elle réalise des œuvres provocatrices et ironiques dans lesquelles la femme est un objet commercial, voire un « sex toy », dénonçant ainsi toutes les violences qui lui sont faites et soulignant l’indécence et la pornographie de l’imagerie publicitaire. Une œuvre qui va au-delà du message politique et féministe par sa recherche esthétique. Le musée d’art moderne de la Ville de Paris lui consacre une grande exposition avec près de 200 œuvres, des photomontages et des collages pop essentiellement, mais aussi des vidéos, des performances immortalisées sur de grandes photographies en couleurs où on la voit enduite de substances comestibles indistinctes et dégoulinantes, et de la musique, expérimentale de préférence. Dans une scénographie faites de grands voilages blancs transparents cachant les œuvres comme dans un sex-shop, le parcours chronologique orchestré par Emmanuelle de l’Écotais nous conduit des collages des débuts à Manchester dans les années 1976-1980 aux grandes photographies récentes, tirées sur Duratrans et montées dans des caissons lumineux. Entre deux, on ne manquera pas la vidéo du concert de Manchester en 1982 (38 minutes), durant lequel Linder portait une robe constituée de viande crue, précédant dans cet humour noir vecteur de nombreuses interprétations la Vanitas - Robe de chair pour albinos anorexique réalisée par Jana Sterbak en 1987.

Catherine Rigollet

Visuel : Linder. Sans titre. Collage sur page de magazine. Photographie L’Agora des Arts.
Visuel vignette : Oh grateful colours, bright looks VI. Collage sur photo de Tim Walker, 2009. ©Linder (affiche de l’expo – détail).