Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Revoir Paris. François Schuiten et Benoît Peeters > Revoir Paris. François Schuiten et Benoît Peeters

Revoir Paris. François Schuiten et Benoît Peeters

vendredi 28 novembre 2014

Du 20 novembre 2014 au 9 mars 2015
Cité de l’architecture & du patrimoine
Galerie basse des expositions temporaires
Tous les jours, sauf mardi
De 11h à 19h. Nocturne le jeudi jusqu’à 21h
Plein tarif : 8€
Tél. 01 58 51 52 00
www.citechaillot.fr

Une plongée dans le « futur du passé » et les rêves d’utopie urbaine, voilà ce qui vous attend dans cette fascinante exposition qui fait dialoguer les visions futuristes du dessinateur de BD François Schuiten et de l’écrivain-scénariste Benoît Peeters avec une sélection de dessins d’architectes et de projets d’urbanisme conçus pour Paris depuis deux siècles, des tracés d’Haussmann aux projets du Grand Paris, en passant par les utopies d’Hector Horeau qui voulait couvrir les grands boulevards de verrières, les villes-Tours d’Auguste Perret, ou l’imaginaire des premières expositions universelles inséparables des métamorphoses de Paris.

L’imaginaire, Schuiten et Peeters n’en manquent pas. Dans Les Cités obscures, une série mythique de la bande dessinée contemporaine née il y a 30 ans, ils mettent en scène un univers urbain souvent vu du ciel où les strates temporelles s’enchevêtrent autant que les tissus urbains. François Schuiten, né dans une famille d’architectes n’étant pas étranger à cette fascination pour la ville. Grand prix d’Angoulême en 2002, le dessinateur affectionne l’utopie chère à Jules Verne ou à Albert Robida. Ses dessins regorgent de drôles d’aéronefs, de vieux monuments sous cloches de verre contemplés par des hommes volant au milieu de vertigineux buildings reliés par d’étroites passerelles. Un univers très nostalgique, souvent angoissant, proche d’Orwell et d’Huxley.
Dans Revoir Paris, la nouvelle bande dessinée du duo d’amis d’enfance qui a donné son nom à l’exposition, nous sommes en 2156 (un jet de pierre), et Kârinh, née dans une colonie spatiale, rêve de cette Terre qu’elle n’a jamais vue et surtout de ce Paris découvert dans des livres miraculeusement conservés. Et nous voilà en route vers la Ville Lumière et une fiction pleine de fantasmes.

Ouvrant sur une vue de Paris en ballon, peinte par Victor Navlet en 1855, représentation panoramique annonçant les vues aériennes qui vont révolutionner le regard porté sur la ville, l’exposition Revoir Paris se referme sur un écran circulaire géant accueillant une projection 3D interactive. Le visiteur, en manipulant une table d’orientation peut faire évoluer trois monuments de Paris (Notre-Dame, la Tour Eiffel et la Défense), s’aventurant selon son choix, dans le passé ou vers le futur. Bon voyage.

Catherine Rigollet

Visuels page expo : François Schuiten, Les ponts habités de La Défense, 2009. Mine de plomb et crayons de couleur. Illustration pour le Grand Paris ©Schuiten / Casterman.
Albert Robida, Le Vingtième siècle. Station centrale des aéronefs à Notre-Dame, 1883. ©Collection particulière / Jean-Christophe Doërr.