Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Villa Flora. Les Temps Enchantés > Villa Flora. Les Temps Enchantés

Villa Flora. Les Temps Enchantés

mardi 15 septembre 2015, par cath

Du 10 septembre 2015 au 7 février 2016
Musée Marmottan Monet
2, rue Louis-Boilly - 75016 Paris
Du mardi au dimanche, de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h
Plein tarif : 11€
www.marmottan.fr

 

- Catalogue 175 pages, 29€.
- Prochaine exposition : "L’art et l’enfant. Chefs d’œuvre de la peinture française". Du 10 mars au 3 juillet 2016 :

Le cerisier en fleurs de Ferdinand Hodler (“Le cerisier, c. 1906”), toute première œuvre à entrer dans la collection des Hahnloser (en vérité, Hedy avait acquis une toile de Giovanni Giacometti l’année précédente), est le symbole parfait de cette collection privée suisse qui sut fleurir et s’épanouir dans la gaieté et la couleur entre 1905 et 1936.
Séduits d’abord par les peintres suisses Hodler et Vallotton (installé en France), Hedy et Arthur Hahnloser n’en sont pas moins, selon Ambroise Vollard, “les zélés propagandistes de l’art français en Suisse”. À la Villa Flora, à Winterthur, ils accueillent les peintres nabis et fauves qu’ils ont rencontrés dans leurs ateliers et couvrent les murs de leurs œuvres.
On passe, dans cette exposition de quelques 75 œuvres (déjà présentée à Lausanne et à Hambourg) d’une mini-monographie à l’autre : Hodler, Vallotton, Vuillard, Odilon Redon, Manguin, et Bonnard représenté par 13 œuvres ; en les voyant, Picasso affirma que leur auteur n’était certainement pas un peintre, ce qui lui valut de ne jamais entrer dans la collection de la Villa Flora !

L’itinéraire est ponctué par quelques chefs d’œuvre connus : Le Chapeau violet (1907) et La blanche et la noire (1913) de Vallotton, Les Anémones, (c. 1912) de Redon. Les Hahnloser disaient que si Cézanne, Manet et Van Gogh, précurseurs signalés par leurs amis peintres, “sont indispensables pour compléter leur collection”, ils n’en sont pas “l’élément central”. Quelques unes de leurs œuvres concluent l’exposition, y compris Le Semeur, (1888) du peintre hollandais, acheté par leur fils, composition un peu mièvre au vaste horizon, bien différent du semeur qui crève la toile au Rijksmuseum, créé la même année.
Sans préjugés, intuitifs, les Hahnloser n’hésitent pas à accrocher des œuvres hardies qui heurteront le goût classique de leur entourage. Ils provoquent sans chercher à provoquer. Seul leur goût importe. On pourra regretter de ne voir aucune œuvre sur papier acquises avant de mieux connaitre l’artiste et d’acheter ses toiles. Ce fut le cas pour Vuillard et Redon, entre autres.
Depuis 2013, la ville de Winterthur a mis fin à ses subventions et le statut de musée de la Villa est maintenant en suspens. C’est pourquoi les descendants de la famille permettent aux œuvres de voyager. Une chance pour les Parisiens.

Elisabeth Hopkins

Visuel page expo : Félix Vallotton, La Blanche et la Noire, 1913. Huile sur toile, 114 x 147 cm. Hahnloser/Jaeggli Stiftung, Winterthur © Hahnloser/Jaeggli Stiftung, Winterthur. Photo Reto Pedrini, Zürich.
Visuel vignette : Félix Vallotton, Le Chapeau violet, 1907 (détail). Huile sur toile, 81 x 65,5 cm – Collection particulière, Villa Flora, Winterthur © Collection particulière, Villa Flora, Winterthur. Photo Reto Pedrini, Zürich.