Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Yves Klein. Le saut dans le vide > Yves Klein (1928-1962). Le saut dans le vide

Yves Klein (1928-1962). Le saut dans le vide

samedi 4 août 2012

Du 4 septembre au 6 octobre 2012
Médiathèque de Fontenay-aux-Roses
6, place du Château Sainte-Barbe, 92260 - Fontenay-aux-Roses
Mardi et jeudi, de 14 h à 19h
Mercredi de 10 h à 12h30 et de 14h à 18h (sauf les 12 et 26 septembre et vendredi 5 octobre de 15 h à 17h)
Tél : 01 41 13 52 00
www.fontenay-aux-roses.fr

Yves Klein a succombé à une crise cardiaque le 6 juin 1962, il avait 34 ans. La médiathèque de Fontenay-aux-Roses célèbre le cinquantenaire de la disparition du chef de file du mouvement des nouveaux réalistes par la présentation d’une exposition inédite, évoquant plus particulièrement les années fontenaisiennes de l’artiste et rendue possible grâce à la collaboration des Archives Yves Klein à Paris et à Terhi Génévrier-Tausti, auteur de L’envol d’Yves Klein, l’origine d’une légende (Paris, Area, 2006) et commissaire de cette exposition. Yves Klein, qui eut une carrière artistique aussi fulgurante que prolixe, a apporté une conception nouvelle de l’art qui le place comme l’un des protagonistes majeurs de l’avant-garde artistique d’après-guerre. Fasciné par les quatre éléments (eau, air, terre, feu), par l’immatérialité du vide jusqu’à tenter de le représenter et même de s’y jeter, par la beauté, invisible mais partout existante, la cherchant dans l’air comme dans les corps pour la rendre visible aux hommes, il considérait que son œuvre n’était qu’une trace de sa communication avec le monde. De son parcours de judoka, parvenu au plus haut niveau à son saut dans le vide (du 5 rue Gentil-Bernard à Fontenay-aux-Roses) qui le fit entrer dans la légende, de passionnants documents et des témoignages permettent de découvrir l’artiste et de comprendre pourquoi il a peint ses célèbres monochromes, notamment avec ce bleu -inspiré des ciels de Giotto- et qui porte désormais son nom.

Catherine Rigollet

Visuel : Harry Shunk – John Kender, Le saut dans le vide d’Yves Klein, Fontenay-aux-Roses, octobre 1960