Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Zao Wou-Ki - Fondation Gianadda > Zao Wou-Ki illumine la Fondation Gianadda

Zao Wou-Ki illumine la Fondation Gianadda

mercredi 9 décembre 2015, par cath

Du 4 décembre 2015 au 12 juin 2016
Fondation Gianadda
Rue du Forum 59 - 1920 Martigny, Suisse
Tous les jours, de 10h à 18h
Plein tarif : 20 CHF (19€)
Tél. +41 (0) 27 722 39 78
www.gianadda.ch

 

- Le catalogue établi sous la direction de Daniel Marchesseau, réunit des contributions signées de François Cheng, de l’Académie française et Gao Xingjian, Prix Nobel de Littérature (2000) - deux écrivains français d’origine chinoise -, Yann Hendgen, directeur artistique de la Fondation Zao Wou-Ki, Pierre Schneider, écrivain et historien d’art, Sam Szafran, et Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, ami et admirateur de Zao Wou-Ki auquel il a consacré un livre. Prix de vente CHF 39. (env 35,50 €)

 

- À noter : Françoise Marquet-Zao, (dernière épouse de Zao Wou-Ki) a fait don des œuvres d’art collectionnées par son mari au musée de l’Hospice Saint-Roch à Issoudun (Indre). Il s’agit de la donation de la totalité de la collection de l’artiste (hormis les objets chinois donnés au musée Cernuschi à Paris ) soit 90 peintures, œuvres sur papier, sculptures de 58 artistes du XXe siècle, de 1920 à 2013. Cette donation exceptionnelle sera exposée du 17 juin au 30 décembre 2016.

Il est né à Pékin en 1920, mais c’est à Paris où il arrive en 1948 que Zao Wou-Ki trouve sa personnalité et le chemin d’une abstraction lyrique, hybridation fertile d’Orient et d’Occident. Deux ans après sa mort à Nyon au bord du lac Léman où il s’était installé au crépuscule de sa vie, la Fondation Pierre Gianadda présente la première rétrospective en Suisse de l’œuvre du peintre et graveur Zao Wou-Ki (1920-2013), naturalisé français en 1964 grâce à son ami André Malraux.

Riche d’une cinquantaine de toiles et d’une trentaine d’encres de Chine et d’aquarelles, parmi lesquelles un ensemble monumental de grands diptyques et triptyques qu’on embrasse d’un seul regard du haut de la galerie circulaire de la Fondation Gianadda, l’exposition parcourt soixante années de création.

Si les reproductions des œuvres de Cézanne, Chagall, Matisse ou Picasso contemplées dans des livres ont motivé son désir de venir en France découvrir la peinture occidentale et se confronter à ses modèles (auxquels il rendra hommage quelques années plus tard dans plusieurs toiles, dont le magistral Hommage à Matisse de 1986), c’est l’émerveillement ressenti devant le langage des signes et les jeux de couleurs sans correspondance avec la réalité de Paul Klee qui persuade Zao Wou-Ki de s’abstraire progressivement de la réalité à partir des années 1950. Sur ses fonds, le peintre ne trace plus que quelques traits rendant encore visibles arbres, maisons, citrons ou chevaux (Venise Piazza, 1950 ; Corrida, 1953 ; Nature morte sur une table ronde, 1953). Mais très vite, Wou-Ki (son prénom) prend conscience qu’il fait du « sous Klee ».

Déboussolé, meurtri aussi par le départ de sa femme Lalan qui le quitte pour un autre, il part en voyage à New York avec Pierre et Colette Soulages. Il y découvre l’expressionnisme abstrait et l’action painting dont la fraîcheur, la spontanéité et la violence des couleurs vont l’enthousiasmer. Il y fait aussi la connaissance de la ravissante actrice et sculpteur May. De retour en France avec elle, sa gestuelle se libère, ses formats explosent pour accueillir son nouveau souffle vital, les signes disparaissent, les compositions deviennent vigoureuses, les bleus, les jaunes, les blancs, les noirs puissants coulent et se chevauchent avec jubilation et fulgurance pour former nuées, jaillissements, vagues, bouillonnements nous immergeant dans le mystère de paysages de l’esprit qui sont comme autant de symphonies chromatiques jouées par ce peintre qui aimait chanter. Et « même lorsque sa peinture est sombre, constate Daniel Marchesseau, commissaire de l’exposition, même lorsqu’elle se charge d’impétuosité, elle reste lumineuse et demeure l’expression de la vie. »

Zao Wou-ki a aussi cherché son chemin dans l’obscurité. En utilisant l’encre de Chine (« son bien héréditaire » selon l’expression de son ami le poète Henri Michaux) au début des années 1970, alors que May est de plus en plus souffrante, peut-être espère-t-il consolation et réponse à ses questionnements artistiques dans cette exploration intime et silencieuse. Tout en ruissellements et bouillonnements, ses jeux d’encre abstraits, cosmiques et poétiques de cet artiste qui a illustré Michaux, Char, Caillois, ou Senghor, invitent tout autant que sa peinture à la méditation. Dommage qu’ils soient tous exposés en dehors du parcours chronologique, comme une mise entre parenthèses.

Catherine Rigollet

Pour célébrer le dixième anniversaire du pavillon Sam Szafran, qui offre de part et d’autre sur le parc et sur la rue, deux céramiques monumentales de l’artiste réalisées avec Joan Gardy Artigas (Escalier, 2005 et Philodendrons, 2006) une salle est désormais consacrée aux différentes œuvres de Sam Szafran appartenant à la Fondation Pierre Gianadda, comme ce grand Paysage à la manière d’Hokusai, une aquarelle sur soie de 1999 dont la construction évoque les innombrables escaliers torturés de Szafran, reliefs d’une vie de tragédies et de résiliences.

Visuels : Zao Wou-Ki, 29.04.88, 1988. Huile sur toile. 146 x 114 cm. Collection particulière. Zao Wou-Ki, 24.12.95, 1995. Huile sur toile. 130 x 195 cm. Photos : Droits réservés. © Zao Wou-Ki - 2015, ProLitteris, Zurich.
Visuel page d’accueil du site : Zao Wou-Ki, Hommage à Matisse 1- 02.02.86, 1986. Huile sur toile, 162 x 130 cm (photo D.R) et Hommage à Claude Monet, triptyque, février-juin 91. 1991. Huile sur toile, 194,5 x 484,5 cm. Collection particulière. (Photo D.R).