Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Erro, 50 ans de collages > Erró, 50 ans de collages

Erró, 50 ans de collages

mercredi 17 février 2010

Du 17 février au 24 mai 2010
Centre Pompidou
Galerie d’art graphique
www.centrepompidou.fr

Figure majeure du mouvement « Figuration narrative », Erró est surtout connu aujourd’hui pour ses grandes compositions proches de la bande dessinée et de la caricature réalisées par séries. Des « paysages » narratifs aux couleurs éclatantes dans lesquels l’espace est saturé d’images avec comme rares points de fuite, des sommets de montagnes tout en haut des tableaux ; une façon à l’artiste de rappeler ses origines islandaises. De son vrai nom Gudmundur Gudmundsson, Erró a beaucoup voyagé en Europe, en Israël (où il fait ses premiers collages), aux Etats-Unis, puisant partout l’inspiration et le matériau de ses créations futures, accumulant livres et magazines à découper : comics américains, BD espagnoles, mangas japonais, mais aussi peintures célèbres qu’il combinera à des images issues de la culture populaire entérinant ainsi leur perte d’aura à l’ère des reproductions en séries. A partir de 1959, installé définitivement en France, Erró qui a fait la connaissance des surréalistes par l’entreprise de Jean-Jacques Lebel, renonce définitivement à des sujets issus de sa propre imagination pour ne plus composer que des collages sur ses thèmes de prédilection : critique de la consommation de masse, de la guerre (de celle du Vietnam à l’invasion américaine en Irak), des pouvoirs totalitaires (cubain, chinois, russe…), fascination pour la conquête spatiale, mise en perspective de l’histoire de l’art... Il ne mêle parfois que deux images, mais leur contraste est suffisamment saisissant ou cocasse pour délivrer un message le plus souvent empreint de dérision ou d’humour, comme ces révolutionnaires chinois faisant intrusion dans un intérieur américain bourgeois et standardisé, ces cavaliers mongoles chevauchant dans un désert de neige vu au travers de la vitre d’une luxueuse limousine intérieur cuir ou encore ce fragment du tableau L’odalisque blonde, ou Portait de Louise Murphy de Boucher, collé en premier plan d’un portrait de Mao entouré de jeunes gardes rouges. Si tous les collages créés par Erró ne sont pas devenus des peintures, à partir de 1964, toutes les peintures de l’artiste seront précédées de collages, esquisses de ses tableaux.
Cette exposition exceptionnelle de plus de 65 collages d’Erró issus de la donation faite par l’artiste en 2009 au Centre Pompidou, sera reprise à l’automne par le musée des Beaux-Arts de Dôle. Le musée d’Art de la ville de Reykjavik propose également une rétrospective de collages à partir de ses propres collections.

Catherine Rigollet

Visuel page d’expo : New York, vers 1974
Illustrations de magazines découpées et collées, 23,5 x 24 cm
Paris, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Cabinet d’art graphique. Don de l’artiste, 2009. © ADAGP, Paris 2010.
© Collection Centre Pompidou/MNAM-CCI, Dist. RMN [photo Philippe Migeat]