Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Helen Frankenthaler. After Abstract Expressionism > Helen Frankenthaler. After Abstract Expressionism, 1959-1962

Helen Frankenthaler. After Abstract Expressionism, 1959-1962

mardi 4 juillet 2017

Du 9 juin au 16 septembre 2017
Galerie Gagosian
4, rue de Ponthieu, Paris 8e
Du mardi au samedi, de 11h à 19h
Entrée libre
www.gagosian.com

Pour les uns, Helen Frankenthaler (1928-2011) était “Abstract Expressionist” seconde génération, pour les autres, peintre “Color Field”. Quelque soit l’étiquette dont on veut la marquer, l’artiste a su marquer la peinture abstraite américaine d’après-guerre par son indépendance technique et son approche personnelle de l’abstraction, idiome qu’elle avait choisi tout particulièrement pour parler de la vie.

Gagosian reprend à Paris la chronologie des œuvres de Frankenthaler là où l’avait laissée l’exposition de Gagosian/New York en 2013.Y étaient couvertes, les années 1950 à 1959. Les 14 toiles que nous voyons ici témoignent d’un retour aux toiles apprêtées et à l’huile, de l’abandon des couleurs diluées jusqu’à une apparence d’aquarelle et des "drippings". Sur les toiles de Paris, des champs de couleur bien définis, calligraphiques, concentrés au milieu du tableau, laissent beaucoup de place au blanc du fond. Des abstractions qui deviennent presque figuratives lorsque l’on lit les cartels, tels Alice B. Toklas and Gertrude Stein at the Fireplace, 1959 où l’on devine clairement le feu, les silhouettes, voire les objets sur la cheminée, ou Italian beach, 1960, avec son sable doré et sa mer azur et peut-être les derniers rayons d’un couchant couleur de feu.

À l’étage, une vidéo à ne pas manquer où l’on voit l’artiste travaillant sur une toile posée au sol, avec un pinceau de bricoleur, son doigt ou une éponge au bout d’un manche… Et quelques acryliques sur papier des années 80, de petits formats entièrement couverts de couleurs pastel auxquelles les grandes toiles ne nous avaient pas habitués.

Frankenthaler, épouse de Robert Motherwell, tient bien sa place dans ce groupe d’artistes américains de l’après-guerre qui savaient contrôler leurs improvisations pour mieux affirmer leur liberté. On la connait peu en France, on ne perdra donc pas son temps en allant la découvrir près des Champs Élysées.

Elisabeth Hopkins

Visuel : Helen Frankenthaler in her studio at Third Avenue and East 94th Street, New York, with Mediterranean Thougts (1960, in progress,left) and Figure with Thoughts (1960, in progress, right), March 1960. Photograph by Tony Vaccaro, courtesy of Tony Vaccaro studio.