Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Jane Evelyn Atwood. Photographies 1976-2010 > Jane Evelyn Atwood. Photographies 1976-2010

Jane Evelyn Atwood. Photographies 1976-2010

dimanche 10 juillet 2011

Du 29 juin au 25 septembre 2011
MEP (Maison européenne de la photographie)
5/7 rue de Fourcy - 75004
Du mercredi au dimanche inclus.
Tél. 01 44 78 75 00
www.mep-fr.org

- Jane Evelyn Atwood expose aussi sa série « Rue des Lombards », à la galerie In Camera du 23 juin au 30 juillet et du 6 au 25 septembre 2011.

L’œuvre de Jane Evelyn Atwood traduit une profonde intimité et empathie avec ses sujets. Fascinée par les personnes hors normes et par la notion d’exclusion, elle pénètre des mondes que la plupart d’entre nous ignorent ou décident d’ignorer, avec le désir de témoigner. À la fin de l’année 1975, installée depuis peu à Paris, la photographe américaine réalise son premier reportage, en noir et blanc, sur les prostituées de la rue des Lombards. Pendant toute une année, elle passe ses soirées et ses nuits à les photographier dans une maison de passe, avec respect et refusant le superficiel. En 1989, elle entreprend de photographier des femmes incarcérées et parvient à avoir accès à certains des pires centres pénitentiaires et prisons du monde, y compris aux quartiers des condamnées à mort. Ce travail monumental de dix années, portant sur quarante prisons dans neuf pays d’Europe et aux États-Unis, reste aujourd’hui un témoignage photographique déterminant sur le sort des femmes emprisonnées. Comme Atwood, on passe de la curiosité au choc et à la rage devant ces femmes brisées, accouchant menottées, s’automutilant par désespoir, mises en cage pour la promenade quotidienne... Des photographies à la fois terrifiantes et belles. Si cette exploration en profondeur caractérise sa démarche photographique, Jane Evelyn Atwood a aussi couvert des événements de l’actualité, tels le tremblement de terre de Kobe en 1995, les attentats contre le World Trade Center du 11 septembre 2001, la guerre en Afghanistan et les dégâts des mines antipersonnel (elle-même a été victime d’une de ces mines), la Convention démocrate de 2004. Organisés autour de six séries majeures : les prostituées, les aveugles, les femmes en prison, Jean-Louis/Vivre et mourir du sida, les victimes de mines antipersonnel et Haïti, les quelques 200 tirages de l’exposition retracent le parcours d’une photographe sans concession, s’immergeant dans chaque sujet, s’y engageant corps et âme à ses risques et périls, sensible aux destins de ceux que leur condition et les drames de la vie ont rejeté à la périphérie, loin des regards de la société.

C.R