Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Les Lalanne > Les Lalanne, "sculpteurs utiles"

Les Lalanne, "sculpteurs utiles"

vendredi 26 mars 2010

Du 18 mars au 4 juillet 2010
Musée des Arts décoratifs
107, rue de Rivoli – 75001 Paris
Tél. 01 44 55 57 50
Du mardi au dimanche de 11h à 18h
Plein tarif 9€
www.lesartsdecoratifs.fr

Avec plus de 150 pièces, mises en scène comme dans un château et ses jardins par l’architecte et collectionneur new-yorkais Peter Marino, cette rare rétrospective montre la variété, l’originalité et l’onirisme de la création de ce couple d’artistes, connu pour avoir fait de la nature et des animaux le support de leurs œuvres, de la sculpture monumentale aux objets du quotidien à la fois fonctionnels et design. S’ils ont toujours travaillé à quatre mains et exposé ensemble, Claude et François Xavier Lalanne ont développé chacun un savoir-faire spécifique : à François-Xavier le métal martelé, à Claude la galvanoplastie (ses feuilles et branches d’arbres transformées en élégantes grilles de métal ou assises de chaises relèvent autant de l’art du jardiner que celui de l’orfèvre).
Trois sculptures majeures ouvrent l’exposition. Le promeneur est accueilli par L’homme à tête de chou (1968) et Caroline enceinte (1969) de Claude, encadrant Le Lapin à vent de François-Xavier. Sous la superbe nef lumineuse du musée transformée en jardin à la française, pâture un troupeau de leurs célèbres moutons-bancs en bronze et laine, à proximité d’un bassin aux oiseaux et nénuphars. Les deux galeries latérales abritent un surréaliste et humoristique bestiaire composé de sculptures animalières, toutes fonctionnelles et parfois à secrets : fauteuil-crapaud (version moderne et au pied de la lettre du crapaud Louis Philippe) ; banquette en forme de boîte de sardines géantes ; banc en feuilles de ginkgo d’inspiration Art nouveau, imaginé pour la boutique Dior ; rhinocéros-secrétaire ; hippopotame-salle-de-bain dodu comme une sculpture de Pompon ; mouche-toilettes ; banquette-crocodile ; Minotaure à rangements ; gorille coffre-fort, etc...Témoins de leur art de la table, ces couverts aux feuillages et ces deux centres de table aux éléphants prenant leur douche, où encore cette astucieuse table transformable à cinq guéridons. Nettement moins réussi, le bar commandé par Yves St Laurent ressemble davantage à une glaciale table chirurgicale. On ne manquera pas de venir découvrir cet univers poétique d’un couple ayant toujours affirmé son statut d’artistes, considérant leurs œuvres comme « des sculptures ayant une forme d’utilité ».

Catherine Rigollet