Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Lisette Model > Lisette Model

Lisette Model

mercredi 10 février 2010

Du 9 février au 6 juin 2010
Musée du Jeu de Paume (site Concorde)
Tous les jours, sauf lundi
www.jeudepaume.org

- A voir aussi au Jeu de paume : Esther Shalev-Gerz « Ton image me regarde !? » (voir notre article).

« Photographiez avec vos tripes ! » lançait à ses élèves, dont Diane Arbus, Lisette Model (1901-1983). Pour cette photographe américaine d’origine autrichienne qui étudia d’abord le chant à Paris avant de trouver sa vocation, la photographie permet de traquer les aspects d’une réalité en perpétuel changement. Elle-même photographiait de manière instinctive, audacieuse et directe, produisant des images sans concession, mais chargées d’humanité et respectueuses des autres, même lorsqu’elle surprend les gens dans des postures très peu flatteuses, ou zoom sur les postérieurs et ventres rebondis des gros qu’elle adore photographier. Petite et frêle, Lisette Model était sans doute fascinée par ces corps si différents du sien, des corps qu’elle considère aussi associés à une certaine joie de vivre. Passants saisis en contre-plongée, jambes qui trottent dans les rues, monde des travestis de la nuit newyorkaise, mains très expressives en gros plan… la photographie détecte des choses parfois invisibles à l’œil. Ses photos lui ont donné une place à part dans le courant de la Street Photography qui se développa à New York pendant les années quarante. L’exposition présente, à travers une sélection de 120 tirages vintage, les travaux les plus représentatifs de Lisette Model, depuis ses premières photographies réalisées à Paris (1933) et sur la Promenade des Anglais à Nice (1934), jusqu’aux images plus tardives réalisées aux États-Unis entre 1939 et 1956, à New York (Lower East Side, Coney Island, les bars populaires, les passants), ou à l’Opéra de San Francisco.

Catherine Rigollet