Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Lucknow, une cour royale en Inde > Lucknow, une cour royale en Inde

Lucknow, une cour royale en Inde

jeudi 14 avril 2011

Du 6 avril au 11 juillet 2011
Musée Guimet
6 place d’Iéna 75016
Tous les jours sauf le mardi
De 10h à 18h
Tarif plein : 8€
Tél. 01 56 52 53 00
www.guimet.fr

- En écho à cette exposition, une série de photographies contemporaines de Lucknow par Antonio Martinelli est présentée dans la rotonde du musée.

Au milieu du XIXème siècle, Lucknow est la ville la plus riche de l’Inde musulmane et l’élite de la société, à la fois indienne et européenne, y mène une vie fastueuse. Située au nord de l’Inde, dans l’immense et riche province d’Awadh (région centrale de l’actuel Uttar Pradesh), Lucknow éclipse Delhi, capitale de la dynastie moghole, mise à sac par des envahisseurs iraniens au milieu du XVIIIème siècle. Elle attire les artistes, les poètes, les courtisans, les voyageurs et surtout les commerçants (la Compagnie anglaise des Indes orientales). Un style y naît, cocktail de tradition, de colonialisme et de métissage. C’est cette splendeur de Lucknow jusqu’à sa destruction par les britanniques qu’explore cette exposition passionnante présentée au musée Guimet. La mise en scène élégante et feutrée concentre l’attention sur les 200 œuvres venues de musées du monde entier (miniatures à l’aquarelle ou à la gouache, grandes peintures à l’huile, textiles, objets d’art décoratif au riche répertoire floral, pièces d’orfèvrerie) dont une incroyable aquarelle sur papier, longue de cinq mètres, haute de trente centimètres, représentant Lucknow vue du fleuve Gomti (affluent du Gange) en 1826. De nombreuses photographies contribuent aussi à faire revivre Lucknow à l’époque où ses dirigeants, les nawabs roulaient sur l’or, oubliant de défendre leur territoire. En 1856, les Britanniques déposent le dernier roi d’Awadh, Wajid Ali Shah et annexent le royaume ; la révolte des Cipayes en 1857, première guerre d’indépendance de l’Inde contre le pouvoir colonial, est brutalement réprimée. C’est à la fois le souvenir d’un art de vivre précieux et l’histoire politique et coloniale de l’Inde qui parcourt cette exposition conçue par le Los Angeles County Museum (Lacma).

Catherine Rigollet