Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Hey ! Modern Art & Pop culture > Hey ! Modern Art & Pop culture

Hey ! Modern Art & Pop culture

mercredi 21 septembre 2011

Du 15 septembre 2011 au 4 mars 2012
Halle Saint Pierre
2, rue Ronsard – 75018 Paris
Ouvert tous les jours de 10h00 à 18h00
Sauf lundi de 13h00 à 18h00
Tél. 01 42 58 72 89
www.hallesaintpierre.org

C’est décoiffant et revigorant à la fois. Dans l’esprit de la revue HEY !, l’exposition à la Halle Saint Pierre se fait le relais et la caisse de résonance de l’art urbain, pop, brut et singulier. Dans un mix dense, insolite et détonnant, les œuvres souvent déjantées d’une soixantaine d’artistes internationaux se côtoient. Il y a les grands disparus (Pierre Bettencourt et ses hauts-reliefs érotiques en coquille d’œuf et grains de café ou encore le formidable Clovis Trouille et ses peintures érotico-anticonformistes), les contemporains confirmés (Robert Combas, Hervé Di Rosa et Erro) et surtout une escadrille de jeunes talents français et internationaux souvent inconnus, dont le benjamin n’a pas trente ans. Parmi eux l’Ecossaise Jessica Harrison et ses poupées de porcelaine tragiques. L’Américain Scott Hove pâtissier en gâteaux carnivores. Le Taïwanais Lin Shih-Yung et ses hommes bananes. L’Américain Kris Kuksi et ses fascinantes sculptures faites d’assemblages de petits jouets anciens tous peints en blanc. Le Français Eudes Menichetti qui convoque sur ses toiles de métal un univers où se mêle personnages de BD, imagerie populaire, textes et vanités. Le Canadien Martin Wittfooth et sa peinture à la fois poétique et glaçante où la mort et la vie se confondent.
Impossible de décrire le foisonnement de cette exposition jubilatoire où l’art macabre flirte avec l’érotisme, le pop art avec le surréalisme, l’art brut avec le baroque, les tatouages avec la sculpture, la peinture avec les installations, l’humour avec l’horreur. Un grand cirque d’électrons libres.

Catherine Rigollet