Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Nicolas de Staël > Nicolas de Staël

Nicolas de Staël

vendredi 25 juin 2010

Nicolas de Staël, 1945-1955
Du 18 juin au 22 novembre 2010
Fondation Pierre Gianadda
Martigny – Suisse
Tous les jours de 10h à 18h
www.gianadda.ch

- Grand collectionneur, Léonard Gianadda est aussi voyageur et photographe. 160 de ses images prises autour du monde dans les années 1950 sont exposées du 26 juin au 5 septembre à la Maison de pays de Mornant (69440). Tandis que le Centre d’exposition d’Etroubles, dans la Vallée d’Aoste présente, du 19 juin au 12 septembre, une sélection de sculptures (de Degas à Picasso), appartenant à la Fondation Gianadda.

Ecorché vif habité par la fureur de peindre, se colletant avec la peinture jusqu’au vertige, toujours insatisfait de son travail, Nicolas de Staël (1914-1955) était aussi un artiste d’une grande liberté qui créa un langage entre abstraction et figuration, dans un jaillissement de couleurs et de lumière. La Fondation Pierre Gianadda lui consacre, pour la deuxième fois depuis 1995, une importante rétrospective avec une centaine d’œuvres réunies par Jean-Louis Prat qui éclairent tout particulièrement les dix dernières années de sa vie.
De 1945 à 1955, de Staël passe de la pauvreté à une gloire écrasante, de traits et d’ellipses dans une palette sombre à des aplats de tons éclatants qui transgressent les codes. Dans le même temps, sa matière généreuse se fluidifie, abstraction et figuration se confrontent de plus en plus. De Staël travaille avec acharnement, sur plusieurs toiles à la fois, dans un perpétuel dépassement de soi. Un duel se joue entre évidence et incertitude. À côté des paysages, des natures mortes, des joueurs de foot et des musiciens, des nus surgissent aussi qui hantent son univers pictural comme les témoins muets d’un amour sans issue. À la lecture des lettres que de Staël envoie à son marchand Jacques Dubourg, au collectionneur Douglas Cooper, à son amie de jeunesse Madeleine Haupert, une évidence s’impose : de Staël vit un enfer, celui du doute et de l’impuissance à satisfaire sa soif d’absolu. Mi-mars, il s’attaque au Concert, une toile immense de 3,50 x 6 m (Musée Picasso, Antibes) où figurent sur un fond rouge, la masse sombre d’un piano, celle ocre d’une contrebasse et une multitude de pupitres et de partitions d’un blanc-gris. Il ne le terminera pas. Le 16 mars, à 39 ans, il se donne la mort, laissant une œuvre magistrale et l’énigme d’une vie engloutie dans la passion de peindre et peut-être d’aimer.

Catherine Rigollet