L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes
spacer

Paul Nash. Eléments lumineux

Méconnu en France, mais considéré comme l’un des plus grands modernistes britanniques, Paul Nash (1889-1946) surprend par la singularité de son œuvre que l’on découvre tour à tour expressionniste, symboliste, surréaliste, parfois même cubiste et abstraite. L’exposition d’une trentaine d’œuvres à la Fondation Van Gogh à Arles permet de découvrir la diversité du talent d’un artiste difficile à cerner.
D’abord peintre -dans une veine expressionniste- des horreurs de la Première Guerre Mondiale, au cours de laquelle il fut lui-même intoxiqué lors d’une attaque au gaz près d’Ypres, il se consacre, une fois la guerre finie, à une peinture inspirée par la nature et la métaphysique et dans laquelle on retrouve des influences de Giorgio De Chirico. Ainsi ce Paysage nocturne de 1938 représentant d’étranges et géants rochers blancs aux formes suggestives (cœur, sexe), posés dans un lieu désertique, ou encore ce Paysage des mégalithes, 1934. On comprend mieux ces peintures en apprenant que Nash est resté intrigué par les pierres dédiées au culte du soleil, de la lune et du cycle des saisons découvertes sur le site néolithique cromlech d’Avebury, ainsi que par l’esprit qui en émane.
Dans Mer hivernale, 1925-1937, constituée de plaques grises et blanches comme des morceaux d’une banquise en train de se rompre, on fait à nouveau face à un même type de paysage hors du monde réel ; un effet renforcé par l’esthétique cubiste. Dans Maison bleue sur le rivage, vers 1930-31, le peintre qui a séjourné dans le Sud de la France, nous offre là encore sa vision hors de la réalité. Autour d’une étrange maison cubique à l’arche d’entrée disproportionnée, seules quelques petites barques de pêcheurs sur cette plage méditerranéenne ensoleillée viennent perturber par leur présence le côté visionnaire de la composition. L’une des dernières œuvres de Nash (disparu précocement à 57 ans), Le Tournesol se lève, une aquarelle quasi abstraite exécutée en 1946, montre un tournesol se confondant avec le soleil : le chant du cygne d’un artiste qui évolua toute sa vie à cheval entre la réalité du monde et l’univers de son subconscient.
Catherine Rigollet
Visuels : Paul Nash, Blue House on the Shore (Maison bleue sur le rivage), vers 1930-31. Huile sur toile, 41,9 x 73,7 cm. Tate. Photo : L’Agora des Arts, août 2018.
Paul Nash, Nocturnal Landscape (Paysage nocturne), 1938. Huile sur toile. Manchester Art Gallery. Photo L’Agora des Arts, août 2018.

Du 21 avril au 28 octobre 2018
Fondation Vincent Van Gogh
35 ter, rue du Docteur-Fanton
13200 Arles
Tous les jours, de 11h à 19h
Tarif plein : 9 €
www.fondation-vincentvangogh-arles.org/