L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

spacer

La galerie de l'Agora des arts

Arie SCHIPPERS - Plasticien

Le dessin avant tout

Dans l’Est populaire d’Amsterdam, au bord d’un large canal où sont amarrés quelques bateaux habités, se dresse une haute bâtisse abritant des ateliers d’artistes. C’est là qu’Arie Schippers a installé le sien, tanière bohème et désordonnée d’un artiste dont le corps, toujours en mouvement, vibre d’une impatience créative.
Sur les murs, de grands tableaux allégoriques jouent à touche-touche avec une série de petits portraits à l’huile, en noir et blanc, tracés uniquement au doigt et au couteau. Sur des étagères, des tables ou à même le sol, s’entassent des dizaines de sculptures de toutes les tailles : têtes étranges, vanités, femmes à trois bras, taureau picassien, etc. Ce qu’on ne voit pas encore et qu’Arie Schippers va extraire de ses tiroirs et étaler à même le sol, ce sont des dessins, des centaines, réalisés sur des carnets de croquis parfois pas plus grands que 4 x 6 cm. Comme on fait ses gammes, Schippers inlassablement croque au crayon ou à l’aquarelle tout ce qui l’environne ou qui resurgit de sa mémoire.

Car cet artiste aussi libre que talentueux, sans agent ni galerie, en marge des courants dominants, s’extrait le plus souvent de la réalité pour laisser place à son imaginaire et à la production de fables (Hibou et serpent, 1997 ou encore Chat sur un ballon, 1998) et de fictions. D’où une diversité de sujets et une variation des styles, suggérant un artiste toujours en quête ou versatile.
Né en 1952, formé à l’École des Beaux-Arts, Prix de Rome en 1977 -à 25 ans- avec une série de tableaux représentant des scènes de café et de restaurant, Arie Schippers s’est ensuite lancé dans la peinture de portraits de groupes, de vues urbaines, paysages, stations services, grands magasins de meubles, voitures, chats et oiseaux…Une peinture indomptable qui peut passer sans sommation du classicisme à l’étrangeté. Ses sculptures (en terre, polystyrène et colle, bronze) sont aussi déroutantes ; sa pièce la plus célèbre étant son Long Walk to Freedom, un monument en bronze haut de 3,5 mètres représentant Nelson Mandela marchant vêtu d’un costume (2012), dont un prototype miniature trône dans l’atelier à côté de figures carnavalesques ou monstrueuses.

S’inscrivant dans l’histoire de l’art, s’inspirant de maîtres tels Vélasquez, Ingres, Gainsborough, Goya ou Picasso avec l’intention, non pas de les copier, « mais de les paraphraser » (Paraphrase of Las Meninas, 2002), avec l’envie de sentir de ses propres mains les problèmes qu’ils ont dû affronter, Arie Schippers construit en solitaire depuis près de 40 ans une œuvre insaisissable, dérourante, toujours prête à prendre une nouvelle direction.
Du 13 décembre 2014 au 8 mars 2015, la Fondation Custodia à Paris présente une large sélection d’œuvres sur papier de l’artiste néerlandais dont le dessin, médium intemporel et vivant, est au cœur de l’œuvre. Les carnets de croquis de Schippers, disposés dans des vitrines tout au long du parcours en sept salles, formant l’épine dorsale de l’exposition.

Catherine Rigollet

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image

Agrandir l'image


Contact :
www.arieschippers.nl
 
Visuels : Portrait d’Arie Schippers ©L’Agora des Arts, Amsterdam, novembre 2014.
Arie Schippers dans son atelier, Amsterdam ©L’Agora des Arts, novembre 2014.
Arie Schippers, Fable : Hibou et serpent, vers 1997. Acrylique sur papier, 60 x 45 cm © Arie Schippers.
Arie Schippers, Fable : Chat sur un ballon, vers 1998. Aquarelle, 46 x 37 cm © Arie Schippers.
Arie Schippers, Europa © Arie Schippers
Arie Schippers, El Cazador Ogulloso © Arie Schippers
Arie Schippers, Page d’un carnet de croquis : Paraphrase Las Meninas, vers 2002. Crayon graphite, 14,8 x 9,5 cm © Arie Schippers
Arie Schippers, Page d’un carnet de croquis : Chariot de supermarché, s.d. Crayon graphite, 20,8 x 26,5 cm © Arie Schippers
Arie Schippers, Voiture rouge en visite chez Mitsubishi, 1997
Huile sur panneau, 31 x 38 cm © Arie Schippers
Arie Schippers, Autoportrait, 80 x 50 cm © Arie Schippers
Arie Schippers, Autoportrait, 2008. Aquarelle, 24,3 x 25,5 cm © Arie Schippers
Arie Schippers, Portrait imaginaire © Arie Schippers
Vue de l’atelier d’Arie Schippers, Amsterdam©L’Agora des Arts, novembre 2014
Vue de l’atelier d’Arie Schippers, Amsterdam©L’Agora des Arts, novembre 2014