Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Vézelay sous le signe de Bataille > Vézelay. Sous le signe de Bataille : Masson, Fautrier, Bellmer

Vézelay. Sous le signe de Bataille : Masson, Fautrier, Bellmer

mercredi 27 juin 2012

Du 27 juin au 15 novembre 2012
Musée Zervos - Maison Romain Rolland, rue Saint-Etienne, Vézelay (Yonne)
du 15 mars au 15 novembre : ouvert tous les jours sauf le mardi
du 1er juillet au 31 août : ouvert tous les jours
De 10h à 18h
Plein tarif 3€
Tél. 03 86 32 39 26
www.musee-zervos.fr

- La collection permanente d’art moderne du musée Zervos mérite à elle seule le détour : Calder, Ernst, Giacometti, Hélion, Kandinsky, Laurens, Léger, Miró, Picasso... Sans parler de l’activité éditoriale de Christian Zervos (1889-1970), écrivain, critique d’art et fondateur de la revue Cahiers d’art, exposée dans les combles du musée. Ancienne maison de Romain Rolland, le musée Zervos abrite encore la chambre de l’écrivain laissée telle quelle.

- Et puisque vous êtes en Bourgogne, ses célèbres sites archéologiques (Bibracte, Autun, Châtillon-sur-Seine et Alésia) constituent un circuit touristique et historique exceptionnel. En savoir plus.

De Lascaux, où il analyse la naissance de l’art (La Peinture préhistorique. Lascaux ou la naissance de l’art), à Les Larmes d’Eros , son histoire illustrée de l’érotisme, en passant par Manet dont il a écrit une monographie, Georges Bataille (1897-1962) a toujours entretenu avec l’art et les artistes des relations de grande connivence dans son œuvre comme dans sa vie. Il n’est donc pas incongru que le musée Zervos de Vézelay, consacré à l’avant-garde artistique entre 1920 et 1950, ouvre une exposition temporaire dans sa « Maison du jardinier » à trois éminents illustrateurs de l’œuvre de Bataille, André Masson, Jean Fautrier et Hans Bellmer, le premier ayant même entretenu une longue amitié avec le chartiste et bibliothécaire sulfureux. Il est le dédicataire de Le Bleu du ciel, le célèbre roman de Bataille achevé en 1935 et publié en 1957. De surcroît, Bataille se réfugia quelques mois à Vézelay en 1943, au 59 de la rue Saint-Etienne, près de la maison de Romain Rolland occupée aujourd’hui par le musée Zervos, y rencontrant celle qui devint sa seconde femme, Diane Kotchoubey de Beauharnais, revenant y vivre entre 1945 et 1949, puis y effectuant de nombreux séjours jusqu’à sa mort. Il est d’ailleurs inhumé dans le petit cimetière proche de la basilique. L’art, la littérature et le sacré sont étroitement liés aux pieds de la basilique Sainte-Marie-Madeleine. Et sans doute aussi l’érotisme que Bataille a toujours frotté au religieux : « Le sens de l’érotisme échappe à quiconque n’en voit pas le sens religieux. Réciproquement, le sens des religions échappe à quiconque néglige le lien qu’il présente avec l’érotisme. » Pour cette exposition, des musées nationaux et des collectionneurs privés ont prêté une cinquantaine d’œuvres (dessins, gravures, toiles) des trois artistes, illustrateurs des œuvres érotiques de Bataille longtemps diffusées sous pseudonyme et sous le manteau : Histoire de l’œil, Le Mort, Madame Edwarda... Dans une transgression teintée de surréalisme, sous l’ombre tutélaire de Sade et de Nietzsche, les esthétiques puissantes, troublantes et menaçantes se répondent pour fonder une confrérie artistique qui bouleversa la vision du monde, l’art et la littérature françaises, des années vingt aux années cinquante. Dans ce siècle de fer, la mort et l’érotisme ont tissé d’étranges ballets d’une fulgurance qui n’a pas fini d’étonner et de déranger.

Jean-Michel Masqué

Visuel page expo : André Masson, Le Balisier, 1941. Encre de Chine, 50 x 37,5 cm [à vue]. Titré à l’encre en haut à droite : Le Balisier. Signé et daté à l’encre en bas à droite : André Masson. 41 Collection Yves de Fontbrune (visuel de l’affiche).
Visuel page d’accueil : andré Masson, Métamorphoses, 1928. Huile sur toile, 59,5 x 73 cm. Collection particulière, courtesy galerie Jean-François Cazeau, Paris