Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’œuvre de Léonard de Vinci > Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’œuvre de Léonard de Vinci

Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’œuvre de Léonard de Vinci

jeudi 30 juin 2016, par cath

Du 18 juin au 15 novembre 2016
2, rue du Clos Lucé - Amboise (Indre-et-Loire)
Tous les jours
De 9h à 19h (juillet-août)
De 9h à 18h (septembre-octobre)
De 9h à 17h (novembre-décembre)
Plein tarif : 15€
Tél. 02 47 57 00 73
www.vinci-closluce.com

 

- Nocturnes
22 juillet, 21h30, « Léonard de Vinci, un esprit libre », création originale piano-textes-dessins.
26 août, 21h30, « Being Leonardo da Vinci, l’interview impossible », interview théâtralisée par Massimiliano Finazzer Flory.

 

- Festival européen de musique Renaissance
Du 23 au 25 septembre 2016.

L’année 2016 marque le début de trois années de commémorations du cinq centenaire de l’arrivée de Léonard de Vinci au Château du Clos Lucé, à Amboise, où le « premier peintre, architecte et ingénieur » de François Ier a vécu et travaillé de 1516 à 1519.

Le château du Clos Lucé, dernière demeure terrestre de Léonard de Vinci (1452-1519) alors dénommée manoir du Cloux et propriété de la famille Saint Bris depuis le milieu du XIXe siècle, célèbre le cinq centenaire de l’arrivée de l’éminent savant et artiste à Amboise en 1516 à la demande de François Ier. Ouvert au public depuis 1954, ce beau manoir tourangeau a connu plusieurs campagnes de restauration qui arrivent à leur terme. Son parc de sept hectares où sont reproduites vingt maquettes mobiles géantes, machines et inventions techniques nés du cerveau fertile du génial Italien (le projet de pont de la Corne d’or vient juste d’être réalisé à l’échelle du parc), son jardin et ses salles des maquettes font déjà la réputation de ce haut lieu de la Renaissance, ici sous la forme d’une rencontre fructueuse entre l’artiste et le roi mécène.

Lorsqu’il traverse les Alpes à dos de mulet, Léonard emporte tous ses manuscrits et trois de ses tableaux majeurs : La Joconde, La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne et Saint Jean Baptiste. C’est autour de ces œuvres (conservées au Louvre) que se construit l’exposition temporaire « Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’œuvre de Léonard de Vinci » accueillie dans la halle muséographique Eiffel. Le partenariat avec le C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) offre, dès la première salle, une analyse des étapes de la création de ces trois tableaux à travers les différentes expertises et restaurations qu’ils ont connues (ultraviolets, infrarouges, rayons X, scanners 3D). Dans la salle suivante, le manuscrit du journal de voyage de Don Antonio de Beatis, secrétaire du cardinal Luis d’Aragon, est un des clous de l’exposition. En effet, il constitue sans doute le témoignage contemporain essentiel sur la présence et les projets de Léonard à Amboise, ce dernier y ayant reçu la visite du cardinal et de son secrétaire en octobre 1517. La suite de l’exposition suit le « fil du sourire », expression emblématique et commune aux trois tableaux, parmi les œuvres prêtées par le Museo ideale Leonardo da Vinci dont le directeur, Alessandro Vezzosi, est commissaire de l’exposition du Clos Lucé. Ces œuvres livrent des interprétations artistiques au fil des siècles des trois tableaux de Vinci, montrant notamment la puissance du mythe et la diffusion universelle de l’image de la Joconde jusqu’en ses avatars les plus contemporains. On remarque la Living Mona Lisa de Florent Aziosmanoff, une œuvre de Living Art où l’intelligence artificielle joue le rôle d’un « moteur émotionnel ». Les expressions du visage de Mona Lisa évoluent en fonction du public qui la contemple !

S’appuyant sur le témoignage du cardinal d’Aragon et de son secrétaire, les ateliers de Vinci ont été reconstitués, étape finale de la restauration du château. Ces trois pièces restituent l’ambiance l’atmosphère d’une « bottega » de la Renaissance : atelier du peintre, cabinet de curiosités, cabinet d’étude et bibliothèque. Carnets et pigments, dessins et instruments de mesure, lutrin et chevalet, nous sommes dans l’intimité du maître entre 1516 et 1519. Jusqu’à la rencontre, tout en effets spéciaux et hologrammes, entre le cardinal et Léonard…

On peut passer une journée entière au Clos-Lucé. Petits et grands y trouveront forcément de quoi s’émerveiller et s’étonner du génie d’un seul homme.

Jean-Michel Masqué

Visuel : La Joconde, huile sur toile, attribuée à Ambroise Dubois, XVII siècle © Collection du Château du Clos Lucé. Photo Léonard de Serres.

- Exposions permanentes : Léonard de Vinci ingénieur & Léonard de Vinci et la France. Lire l’article.