Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Fred Deux. Le dessin à corps perdu > Fred Deux. Le dessin à corps perdu

Fred Deux. Le dessin à corps perdu

mardi 18 février 2014

Du 15 février au 30 novembre 2014
Musée de l’Hospice Saint-Roch
Rue de l’Hospice Saint-Roch, 36100 Issoudun
Tél. 02 54 21 01 76
Du mercredi au vendredi de 14h à 18h
Samedi et dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h
Fermé le lundi et mardi
Entrée libre et gratuite
http://musee.issoudun.fr

 

- Fred Deux est représenté par la Galerie Margaron à Paris qui expose régulièrement ses œuvres. En savoir plus.
- Fred Deux et Cécile Reims ont fait l’objet d’une grande exposition en 2008 à la Halle Saint-Pierre à Paris.
- Une rétrospective de l’œuvre gravé et dessiné de Cécile Reims a été présentée du 8 novembre 2012 au 13 janvier 2013 au musée Jenisch à Vevey (Suisse) qui possède 1 145 pièces de Cécile Reims (estampes, dessins, livres et matrices).

 

Fred Deux fêtera ses 90 ans le 1er juillet 2014 et aura signé plus de 6220 dessins, les numérotant comme le faisait Paul Klee, sa référence absolue, celui dont la découverte de l’œuvre fut une révélation qui le fit « entrer en peinture ». Aujourd’hui encore, Fred Deux passe sa vie à sa table, continuant chaque matin à s’affronter à lui-même, à rêver en dessinant, à dessiner ses visions, ses interrogations existentielles, libérant l’émotion en couvrant de petites ou très grandes feuilles de ses fameuses « taches », à partir desquelles il crée des univers peuplés d’êtres fantasmagoriques et de formes organiques. Une œuvre narrative, magnétique, puissamment introspective, réalisée à la mine de plomb et à l’encre de Chine rehaussée parfois d’aquarelle, comme une écriture automatique propre aux surréalistes dont il fut, ayant même fondé le sous-groupe des surréalistes à Marseille, en 1948. L’écriture est aussi au cœur de l’œuvre de cet autodidacte qui a découvert la littérature en travaillant dans une librairie, en même temps qu’il réalisait ses premiers dessins, tissus pliés, collages. Depuis, il n’a cessé d’écrire, des livres comme La Gana, magistrale autobiographie de huit cents pages écrite alité, affaibli par une rechute de tuberculose dans les années 50, mais aussi de courts textes accompagnant ses dessins et un flot de poésies, avec la même liberté viscérale et violente qui a toujours fait sa force, pour créer, entrer dans la Résistance en 43, ou lutter contre la maladie.

Ce jeudi 13 février 2014, tandis qu’ouvre la grande rétrospective que le musée de l’Hospice Saint-Roch d’Issoudun lui consacre, Fred Deux fatigué est resté dans sa maison de La Châtre où il vit depuis 1985. Mais qui d’autre que lui peut, aussi intimement, parler de son œuvre, si ce n’est l’artiste Cécile Reims, sa compagne depuis ce jour de 1951 où ses deux êtres à fleur de peau et au passé tout aussi tragique ont lié leur vie de manière fusionnelle. Cécile Reims gravera des dizaines d’œuvres de Fred Deux et il dessinera pour elle Les Remz et Les Milç (Massacre des innocents), une série d’œuvres bouleversantes, en mémoire de sa famille assassinée dans les camps de concentration.
Le musée d’Issoudun, qui possède le fonds le plus important d’œuvres de Fred Deux dans les collections publiques (près de deux cents dessins, trois cents gravures, quinze portfolios et vingt-six sculptures), grâce en grande partie à de nombreux dons successifs de l’artiste et de sa compagne Cécile Reims, leur consacre d’ailleurs une salle d’exposition permanente, depuis 2002.

Organisée en trois temps, du 15 février au 30 novembre 2014, afin de renouveler l’accrochage des œuvres graphiques d’une grande fragilité, l’exposition Fred Deux. Le dessin à corps perdu, offre une large sélection de dessins, gravures et sculptures de Fred Deux réalisés de 1948 à 2014 ; des œuvres issues de la collection du musée et de collections privées et publiques, dont le Centre Pompidou. Un parcours au cœur d’une œuvre puissante et émotionnelle, imprégnée par un corps à corps permanent, douloureux, mais fécond entre « le dessin [qui] rend visionnaire l’aveugle », et la vie.

Catherine Rigollet (février 2014)

A noter : Fred Deux est décédé en septembre 2015, à l’âge de 91 ans.

Visuels page expo : Fred Deux, Autoportrait « Si seulement », 1982. Mine de plomb sur papier Arches, 104x68 cm. Achat avec l’aide du FRAM, 1990. Et Voyage de Jonas, 1959. Encre de Chine et peinture coulante sur papier, 28x75 cm. Dépôt CR-FD 2007. ©Photographe Jean Bernard.